Des étincelles autour d'un terminal méthanier

Le projet de terminal méthanier vise à doter le site d'Antifer, port de réception de pétrole brut situé entre Le Havre et Étretat, d'un terminal d'une capacité annuelle de 9 milliards de m ètres cubes de gaz naturel. Maître d'ouvrage de ce projet qui représente un investissement de 500 millions d'euros, Gaz de Normandie (GDN) réunit Poweo (34 %), E.ON Ruhrgas (24,5 %), Verbund (24,5 %), CIM (17 %). Ce projet a fait l'objet d'un débat public animé entre septembre et décembre 2007. On attend désormais la décision de Gaz de Normandie. Ce projet oppose ec dernier aux habitants et aux défenseurs de l'environnement.REVOLUTION VERTE ET OR BLEU" La révolution verte passe par l'or bleu, plaide Luc Poyer, président de GDN. Le gaz naturel est une énergie de substitution au charbon et au pétrole avant que l'on ne parvienne à se passer d'hydrocarbures. " Les associations de protection de l'environnement estiment, elles, que ce projet va " sacrifier un territoire à 5 km d'Étretat ". Les deux projets de centrales à charbon " propre " (800 mégawatts chacune) s'ajouteraient à la centrale EDF existante, l'électricien s'étant engagé à maintenir sa production d'électricité charbonnière au Havre. Tandis que se multiplient les collectifs "anti-charbon", les élus de gauche rejettent en bloc ces projets et le maire UMP du Havre, Antoine Rufenacht, s'oppose à des centrales qui ne seraient pas " propres" et réclame l'organisation d'un débat public sur ces deux projets.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.