Tati va ouvrir de nouveaux magasins

 |   |  449  mots
Un an après sa reprise par le groupe français de textile hard discount Vetura-Fabio Lucci, le groupe de magasins Tati semble en meilleure santé. Les ventes ont repris et le climat social s'est apaisé. Adossés à une enseigne qui a fait ses preuves et débarrassés des erreurs de gestion de l'ancienne direction, les magasins Tati ont été recentrés sur le créneau à fort potentiel du discount.De source syndicale, "tous les magasins ouverts marchent bien", et compte tenu de la reprise des affaires, le groupe souhaite agrandir sa surface de vente. Deux Tati vont ouvrir, à Grenoble, en Isère, et à Beauvais, dans l'Oise. Un Tati mariage va également ouvrir ses portes à Marseille. Plus inattendu :une vingtaine de boutiques devraient voir le jour d'ici à fin 2006. En mai dernier, Vetura et son PDG, Lucien Urano, ont relevé le défi de la grande sur-face en ouvrant un magasin de 2.000 m2 dans une zone d'activité commerciale de l'Essonne. Un challenge que l'ancien dirigeant des magasins "aux plus bas prix", Fabien Ouaki, avait relevé en tentant d'ouvrir une grande surface de 600 m2, mais sans succès.Depuis un an, le groupe Vetura est discret sur ses performances, se refusant de communiquer l'activité des 25 Tati repris sur un total de 28 magasins. Mais les vendeurs "se rendent bien compte que l'activité reprend" et "voient les clients revenir" explique Karl Ghazi, secrétaire de la CGT-Commerce. "C'est un nouvel assortiment, plus adapté à la clientèle qui a permis de relancer les ventes" ajoute-t-il. "Fabio Lucci [l'enseigne hard discount de Vetura, Ndlr] possède un bon circuit d'approvisionnement, directement relié à l'Asie, contrairement à celui de l'ancienne direction, qui s'appuyait plutôt sur les fins de série européennes."Mercredi, la CGT-Commerce a annoncé que la grande majorité des salariés avaient finalement conservé leur emploi après le rachat du groupe. Seulement 127 d'entre eux sur 997 ont été licenciés. "Environ 25 de ces licenciements seulement ont touché des salariés qui voulaient rester dans l'entreprise", a souligné Karl Ghazi."Sous-effectifs." Le mode de gestion du personnel a été en contrepartie modifié. "Les équipes sont constamment en sous-effectifs" selon le syndicaliste. "Les magasins Fabio Lucci sont habitués à gérer le personnel sur le fil du rasoir", note-t-il. Des conditions de travail plus dures, dans une ambiance qui pourrait se dégrader à la rentrée, à l'approche des nouvelles négociations salariales.Jean-Christophe MagnenetRecentrageOuvertures. Après une grande surface de 2.000 m2 dans l'Essonne, Tati va créer des nouvelles boutiques à Grenoble, Beauvais et Marseille.Discount. Le groupe a réorganisé l'enseigne avec un nouveau mode de gestion et d'approvisionnement.Social. 172 salariés sur 997 ont été licenciés après le rachat du groupe de magasins.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :