La Poste belge se réforme avec l'aide des Danois

 |   |  375  mots
La Poste belge s'appuie sur son homologue danoise pour se réformer en profondeur. Le gouvernement fédéral a célébré hier les noces de son établissement public avec un consortium composé de Post Denmark et du fonds d'investissement CVC. Ces partenaires vont injecter 300 millions d'euros à l'occasion d'une augmentation de capital de la société belge. La Poste restera toutefois majoritairement détenue par l'État (50 % plus une voix).Objectif de l'opération : "poursuivre la modernisation de la Poste", explique un communiqué. Le réseau va en effet être profondément remodelé : des 1.302 bureaux actuels, seulement la moitié est assurée d'être encore en place dans cinq ans. Pour le reste, le service pourra être assuré par des partenaires privés ou publics : mairie, mais aussi commerces, banques, marchands de journaux, etc. Aujourd'hui, une cinquantaine de tests ont déjà lieu dans le royaume, notamment avec la banque Fortis ou les magasins Delhaize.Pas de licenciement. Le partenaire danois est appelé à prêter main forte, fort de son expérience. La presse belge rappelle qu'un quart des bureaux de poste au Danemark sont ainsi exploités par des partenaires privés... et que de 30.500 salariés en 1999, elle n'en compte plus que 22.000 aujourd'hui. Helge Israelsen, patron de la poste danoise, a d'ailleurs annoncé la couleur : "Je ne pense pas que l'on puisse être heureux de travailler dans une entreprise déficitaire où dix personnes font le boulot de sept", a-t-il déclaré au journal le Soir - avant de modérer ces propos. À la Poste belge, on signale toutefois que l'on souhaite mener à bien toutes les réformes sans un seul licenciement sec.L'établissement belge a du pain sur la planche. Près de 90 % de son chiffre d'affaires reposent encore sur le courrier classique (58 % en France). Malgré un territoire nationale limité, la Poste belge a éprouvé bien des difficultés à délivrer le courrier du jour pour le lendemain. La réorganisation de la tournée des facteurs, il y a trois ans, a parfois tourné à la mauvaise farce. Toutefois, l'an passé, la Poste belge a dégagé un résultat de 40 millions d'euros pour 2,1 milliards de chiffres d'affaires. En 2003, ses pertes dépassaient les 60 millions d'euros.Grégoire Pinson, à Bruxelle

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :