Veolia propose un pacte social à la SNCM

 |   |  493  mots
Veolia Transport (ex-Connex) a rencontré hier les syndicats de la SNCM (Société nationale Corse-Méditerranée), à l'exception du Syndicat des travailleurs corses, qui a décliné l'invitation. Le futur opérateur de la société nationale en cours de privatisation a présenté aux organisations son plan industriel et commercial pour l'avenir de l'entreprise à l'horizon 2009. "La mise en oeuvre de ce projet sera discutée avec les syndicats, en janvier et février, pour déboucher sur un pacte social engageant ses signataires", explique Gérard Couturier, directeur régional Paca de Veolia Transport et pressenti comme le futur président du directoire de la SNCM.Veolia Transport fixe comme objectif le retour à une situation bénéficiaire d'ici à 2009. La SNCM a perdu près de 30 millions d'euros en 2004 et devrait afficher un déficit comparable en 2005. Gérard Couturier entend "conserver une flotte de dix navires, mais en achetant, fin 2008, deux unités, une neuve et une d'occasion. À partir de 2009, nous pourrons autofinancer le remplacement d'un navire tous les deux à trois ans".Le futur directeur de la SNCM ne prévoit pas de cession d'actifs, hors remplacement de navires, et dément tout plan social "en cours ou à venir. Si ajustements il y a, ils passeront par des mesures basées sur le volontariat". Non-renouvellement d'une partie des 242 contrats à durée déterminée (CDD), préretraites, départs volontaires et reclassements chez Veolia Transport devraient permettre le départ de 400 personnes sur 2.359 salariés. Mais Gérard Couturier affirme que "pour l'instant, nous ne savons pas si nous réduirons les effectifs".Discours bien accueilli. Avec la définition, en février, par l'assemblée territoriale corse, du nouveau cahier des charges du service public pour les liaisons maritimes entre l'île de Beauté et le continent, puis la restructuration du capital de la SNCM, début mars, 2006 sera une année de transition. Dès 2007, la SNCM devrait augmenter sa présence sur la liaison Nice-Corse, aujourd'hui pratiquement abandonnée à Corsica Ferries, et intensifier sa croissance sur le Maghreb.Le personnel de la SNCM bénéficiera, début 2006, d'un plan de participation au capital (9 %). "Un salarié investissant 500 euros dans l'entreprise bénéficiera d'un abondement de 150 euros", explique Gérard Couturier.Un discours semble-t-il bien accueilli par le personnel. "Nous discutons avec des professionnels", constate Maurice Perrin, secrétaire général de la CFE-CGC à la SNCM. "La bataille menée cet automne [vingt-trois jours de grève] a permis de faire revenir un industriel, la Connex, dans le tour de table, alors que l'État ne nous proposait qu'un financier. Nous attendons maintenant du concret, mais le concept présenté ce matin nous satisfait."Gérard Tur, à MarseilleLes données clésCapital de la SNCM : Butler Capital Partners, 38 % ;Veolia Transport, 28 % ; État, 25 % ; salariés, 9 %.Effectifs : 2.359 salariés. Flotte : 10 navires pour les traversées au départ de Marseille et Nice en direction de la Corse et du Maghreb.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :