Bosnie : satisfaction prudente après le retrait de Karadzic

 |   |  169  mots
Message reçu. « Nous exigeons que M. Karadzic renonce immédiatement et définitivement à toute fonction publique et ne participe à aucune décision gouvernementale », annonçait samedi l'un des communiqués du G7. Le leader des Serbes de Bosnie, accusé notamment de génocide, a annoncé hier qu'il abandonnait le pouvoir, un geste considéré par la communauté internationale comme une condition à la tenue d'élections générales en Bosnie en septembre. Le président de la Republika Srpska (RS, entité serbe de Bosnie), a annoncé son désistement de toutes ses fonctions au haut représentant civil pour la Bosnie, Carl Bildt, dans une lettre rendue publique hier à Sarajevo. Il a indiqué que la vice-présidente de la RS, Biljana Plavsic, cinquante-six ans, considérée elle-même comme une ultranationaliste, le remplacerait dans toutes ses prérogatives de président. Qualifiée de « manoeuvre » par le gouvernement bosniaque de Sarajevo, l'annonce a été accueillie avec une satisfaction teintée de prudence dans les grandes capitales occidentales.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :