Trois baromètres pour mesurer le chômage

1 mn

Dans un souci de « totale transparence », le ministre de l'Emploi, Martine Aubry, a décidé de publier chaque mois les trois statistiques mesurant le chômage en France. Depuis un avis du Conseil d'Etat de l'été 1995, le baromètre officiel du chômage retient les demandeurs d'emploi en fin de mois de catégorie 1, c'est-à-dire les personnes inscrites à l'ANPE, à la recherche d'un emploi à temps plein et à durée indéterminée et n'exerçant pas une activité réduite de plus de 78 heures dans le mois. Sont donc notamment exclus de cette statistique toutes les personnes travaillant à mi-temps, soit 84,5 heures par mois, faute de mieux, mais qui souhaitent trouver un emploi à plein temps. L'ancien baromètre en vigueur jusqu'à l'été 1995 intègre la catégorie 1 et la catégorie 6, c'est-à-dire qu'elle rajoute à la statistique officielle les demandeurs d'emploi qui cherchent un plein temps mais occupent une activité réduite de plus de 78 heures dans le mois. On constate un écart de 400.000 demandeurs d'emploi entre les deux baromètres : 3.113.500 chômeurs selon le chiffre officiel et 3.514.800 selon l'ancien. Le développement du temps partiel « contraint » ces deux dernières années explique l'écart. Selon l'enquête emploi de mars 1997, 39,5 % des actifs employés à temps partiel souhaiteraient travailler davantage. Le ministère du Travail publie un troisième indicateur, qui sert de référence pour les comparaisons internationales : le nombre de chômeurs au sens du BIT. Soit les personnes sans emploi à la recherche d'un emploi et immédiatement disponibles...

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.