Coface reste à des niveaux de résultats record

 |  | 413 mots
Lecture 2 min.
Pour Coface, les années se succèdent, les records aussi. En 2004, la filiale de Natexis Banques Populaires a dégagé un bénéfice net de 47,2 millions d'euros. Comparé au résultat net corrigé des éléments exceptionnels enregistré en 2003, qui était de 45,5 millions, le bénéfice s'inscrit en hausse de 3,7 %. Mais ce même résul- tat s'établirait à 51,2 millions (+ 12,5 %) si le groupe n'avait pas été contraint de s'acquitter d'une charge fiscale non récurrente. "Le cru 2004 a été exceptionnel. Nous avons dépassé significativement notre niveau de rentabilité économique d'avant la crise et reconstitué nos réserves", s'est félicité son président, François David.Toutefois, à première vue, une partie des résultats se présente en demi-teinte. La croissance du chiffre d'affaires consolidé s'est trouvée pénalisée par des ajustements sur exercices antérieurs. Sa progression se limite à 4,3 % (1,13 milliard d'euros), après une hausse de 11,5 % en 2003. Les charges de gestion ont pâti de l'entrée dans le périmètre de Coface Ort (information d'entreprise) et d'Axa Assurcrédit (31,3 millions d'impact global). En conséquence, les charges grimpent de 9,4 %. Ces éléments exceptionnels exclus, le taux de croissance des charges revient toutefois à 2,2 %, ce qui, après une hausse de 3 % en 2003, traduit une constance dans la maîtrise des frais généraux.Le résultat économique grimpe de 50,6 % à 148,6 millions, son plus haut niveau historique compte tenu de l'amélioration de la marge opérationnelle globale. L'activité assurance, qui représente près des deux tiers du chiffre d'affaires total, a été tirée notamment par l'Asie (+ 25 %), mais a aussi été marquée par une baisse de 5,7 % des primes collectées en Allemagne où l'assainissement du portefeuille est à présent terminé.Année stratégique. Les ventes de services de crédit management (services liés à l'assurance, information d'entreprise et gestion de créances) ont augmenté de 21,4 %. L'affacturage, toujours réalisé en Allemagne, dégage un chiffre d'affaires en hausse de 13,2 %. En revanche, la gestion des procédures publiques baisse de 9 %. Enfin, la sinistralité s'établit à un niveau historiquement bas (46 % des primes). L'année 2005 est la première d'un plan stratégique à trois ans. A son terme, Coface espère offrir, dans tous les pays importants, une gamme complète de ses quatre métiers. Ses objectifs : dégager une croissance du chiffre d'affaires plus forte que celle de ses principaux concurrents et améliorer d'un quart sa rentabilité sur fonds propres.A. L.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :