Solal, singulier et pluriel

 |   |  458  mots
Ma fierté, c'est d'avoir eu la chance d'être singulier, d'avoir un langage différent." À 78 ans, Martial Solal ne se limite pas à porter un regard clairvoyant sur sa carrière (*). Curieux, pince-sans-rire, le pianiste compositeur illustre cette approche artistique par des rencontres plurielles. Hier en trio avec les frères Moutin, le jazzman émérite dialogue aujourd'hui en duo, sa formule préférée, avec le trompettiste américain Dave Douglas ("Rue de Seine" - Camjazz-Harmonia Mundi).Le premier concert de cette rencontre transatlantique, Martial Solal le réserve à Banlieues Bleues (le 28 février). Des inédits, des créations, c'est bien la marque de fabrique de ce festival en Seine-Saint-Denis qui propose des concerts dans quinze villes et invite à un voyage dans l'univers de tous les jazz et musiques improvisées. Une preuve vivante que le jazz de ce XXIe siècle est délibérément mondial. Sur les scènes de Saint-Ouen, Bondy ou encore Stains se succéderont des formations provenant d'Afrique du Sud, Nigeria, Éthiopie, Norvège, Allemagne, sans oublier les deux principaux contingents formés par les Français et les Américains.Pour cette 23e édition, Banlieues Bleues ne s'est interdit aucune aventure, singulière et plurielle. Les soirées thématiques (jazz manouche, blues) jouent leur rôle de vulgarisation musicale. Les innovations apportent le sel avant-gardiste qui fait l'honneur des festivals : la musique d'Ennio Morricone pour Il était une fois la révolution revisitée par le décapant trompettiste Médéric Collignon ; Led Zeppelin et ses accents planants adaptés par l'Orchestre national de jazz de Franck Tortiller ; l'intégrale des oeuvres de Thelonious Monk donnée par le groupe du pianiste allemand Alex Von Schlippenbach, etc.Porte-parole du jazz dans sa version dynamique, Banlieues Bleues poursuit également toute l'année des actions musicales dans les collectivités du 93. L'association pourra d'ailleurs désormais compter sur un site spécifique, une ancienne fabrique de Pantin réhabilitée grâce au soutien conjugué de son principal partenaire, le conseil général de Seine-Saint-Denis, l'État et le conseil régional d'Île-de-france.Jean-Louis Lemarchand(*) À lire dans "Martial Solal, compositeur de l'instant. Entretien avec Xavier Prévost", à paraître en librairie en mars aux éditions Michel de Maule.Banlieues Bleues, sélectionSeun Keti (Nigeria) : 25 février à Epinay-sur-Seine. Martial Solal-Dave Douglas : 28 février à Clichy-sous-Bois. Glenn Ferris : 8 mars, Tremblay-en-France. Brigitte Fontaine et la Compagnie des musiques à ouïr : 11 mars, Stains. Franck Tortiller et l'ONJ : 15 mars, Blanc-Mesnil. Alex Von Schlippenbach : 17 mars, Pantin. Lucky Peterson : 21 mars, Gonesse. Médéric Collignon : 28 mars, Pantin. Hugh Masekela (Afrique du Sud) : 31 mars, Saint-Ouen. John Tchicai-Bunky Green : 4 avril, Saint-Ouen. Mahmoud Ahmed (Éthiopie) : 7 avril, Bobigny.Du 25 février au 7 avril. Tél. : 01.49.22.10.10. www.banlieuesbleues.org.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :