Consolidation à la Bourse de Paris

La Bourse de Paris, qui avait manifesté ces derniers temps quelques velléités d'indépendance par rapport au marché américain, a témoigné hier d'une forte connexion à Wall Street. La forte remontée du billet n'a même pas soutenu le marché (lire ci-dessus). Après l'envolée de la semaine dernière, les prises de bénéfice amorcées vendredi sont jugées tout à fait normales par les investisseurs. D'autant plus que les options sur indice arrivaient à échéance mensuelle et tri- mestrielle hier. Le repli de 0,24 % du CAC 40 à l'ouverture s'est accentué au fil de la séance pour terminer à - 1,13 % à 2.858,26 points. Le marché a encore été actif, avec un chiffre d'affaires proche de 11 milliards de francs sur le règlement mensuel, dont 8,89 milliards sur l'indice de référence. Sur le Matif, le contrat notionnel à échéance septembre a cédé 4 centièmes à 129,22. Les ventes se sont en effet accélérées à l'ouverture de Wall Street, en nette baisse à la suite de la publication d'une hausse plus forte que prévu (à 7,1 %) des ventes de logements neufs et de l'indice des directeurs d'achat de la région de Chicago, provoquant une tension sur les taux d'intérêt à long terme américains. Prudence des investisseurs. Deux autres facteurs viennent expliquer la consolidation de Paris. D'une part, l'éventualité d'un conflit social après la décision de Renault de fermer son site de Vilvorde, d'autre part, la prudence des investisseurs avant l'audition du ministre de l'Economie, Dominique Strauss-Kahn, devant la commission des Finances de l'Assemblée nationale mercredi. L'action Renault a d'ailleurs abandonné 4,4 % hier à 148,70 francs. Optimisme des analystes. La réunion de la Réserve fédérale, à partir de demain, n'est pas neutre non plus, même si les opérateurs tablent sur un statu quo monétaire. Les analystes de la Société Générale restent optimistes sur la hausse du marché parisien. « La poursuite de la marche vers l'euro est susceptible de constituer un support à moyen terme, alors que l'orthodoxie des orientations politiques est plutôt une bonne nouvelle », explique- t-on à la banque. P. Mo.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.