Le chômage américain fait trébucher la Bourse de Paris

La Bourse de Paris a marqué le pas vendredi. L'indice CAC 40 a cédé 1,32 %, et il est revenu à 2.098,79 points. Les transactions ont atteint 4,8 milliards de francs sur le règlement mensuel, dont 3,4 milliards sur les valeurs du CAC 40. Après avoir évolué à des niveaux proches de ceux de la veille, le marché a brutalement décroché après l'annonce de créations d'emplois plus importantes que prévues en juin aux Etats-Unis. Cette apparente bonne nouvelle pour l'économie d'outre-Atlantique n'est pas du goût des boursiers qui voient dans ces statistiques le signal d'un regain des pressions inflationnistes susceptibles de générer une tension sur les taux. Si tel était le cas, un transfert de placement du marché des actions vers celui des obligations aurait lieu. Redoutant le phénomène, les investisseurs ont procédé, dès vendredi, à des arbitrages dans leur portefeuille. Si la France est bien évidemment loin de connaître le même état de surchauffe économique, les professionnels craignent que des événements aux Etats-Unis, qui commandent les marchés dans le monde, ne viennent stopper net le tout timide mouvement de détente observé sur les taux dans l'Hexagone. Une consolidation du CAC autour des 2.080 points Malgré le recul enregistré vendredi, l'indice CAC 40 n'est pas sorti de la fourchette des 2.080-2.140 points dans laquelle il évolue depuis plus de trois mois. D'un vendredi à l'autre, l'indicateur de référence à cédé 1,17 %. La semaine dernière, la tendance à Paris a été soutenue par des achats sur quelques valeurs vedettes telles que L'Oréal, LVMH, Christian Dior, Carrefour ou Pinault-Printemps. Les valeurs de la distribution ont quant à elles continué de profiter d'un intérêt dans le sillage de l'opération Auchan-Docks de France. A court terme, les opérateurs ne s'attendent pas à de gros décalages sur le marché français des actions. Paris pourrait certes broyer du noir un temps dans le sillage de Wall Street. Après la forte chute enregistrée vendredi par la place new-yorkaise, les investisseurs estiment que la Bourse américaine n'a pas épuisé son potentiel de correction. La société de Bourse Meeschaert Rousselle s'attend à une consolidation de l'indice CAC 40 autour du niveau de 2.080 points. Les rumeurs devraient continuer à animer de manière toute artificielle les séances. Ces derniers jours, les bruits concernant l'éventuelle cession de la participation détenue par Nestlé dans le holding de contrôle de L'Oréal et sur la vente de Kronenbourg par Danone ont été successivement démenties. A plus long terme, la société de Bourse Leven s'interrogeait vendredi sur ce qui pourrait faire sortir la Bourse de Paris du canal suivi ces derniers mois. L'analyste estime qu'« il va falloir une nouvelle totalement inattendue et surprenante ». Une fois cette information connue, il y aura probablement 6 à 7 % à gagner si le marché prend la direction de la hausse. Leven estime toutefois que la « sortie du canal » dans lequel est bloqué l'indice CAC 40 s'effectuera plutôt à la baisse. Et la correction du marché pourrait de ce point de vue être d'autant plus violente qu'elle aura tardé à se déclencher. Héléna Dupuy

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.