Une licence de courtier à Tokyo

 |   |  165  mots
FIDELITY VIENT de recevoir l'autorisation de l'administration nippone pour offrir un service d'intermédiaire financier sur la place de Tokyo, distinct de son activité de gestion de fonds. Le géant américain espère ainsi développer ses services par téléphone dans un pays où les multiples réseaux personnels ont beaucoup compté en matière de produits financiers. Les services de courtage aux institutionnels et particuliers représentent une masse de 227 milliards de dollars pour Fidelity. Le bureau de Tokyo a été ouvert en 1969, et le marché japonais est considéré chez Fidelity dans la communauté financière internationale comme « très difficile ». L'Europe et le Japon représentent un pari important pour Fidelity, qui y emploie désormais 60 analystes financiers (contre 164 aux Etats-unis) et 23 gérants de fonds (contre 88 aux Etats-Unis). En trois ans, Fidelity Investment Limited (la branche non américaine) a multiplié par quatre les fonds collectés, mais ceux-ci ne représentent toujours que 4 % du total. n

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :