Les biotechnologies ont à nouveau la cote à Wall Street

L'introduction simultanée de Genset sur le nouveau marché et le Nasdaq a été un succès. Les actions du spécialiste du génome humain ont été très recherchées. Il ne se passe pas trois semaines sans que des entreprises de biotechnologie sollicitent les fonds des investisseurs américains. Depuis le début de l'année, 1,4 milliard de dollars (7,2 milliards de francs) ont ainsi été levés sur les marchés américains. Ce retour en grâce intervient après la période de refroidissement entre 1992 et le début de 1995. Pour comprendre le phénomène, il faut remonter au début des années 80. A l'époque, les entreprises de biotechnologie se sont focalisées sur l'ADN recombinant (ADN fabriqué dans un autre organisme). Elles ont cherché à identifier les protéines sécrétées naturellement par le corps humain pour les fabriquer grâce au génie génétique, les purifier et les administrer à un individu. La plupart du temps, il s'agissait de combler un manque de ces protéines. L'insuline et les hormones de croissance sont deux exemples de découverte de la dernière décennie. Soigner les patients en comblant les déficiences d'hormone était relativement facile puisque la biologie clinique s'y rapportant était connue. Cela a donné lieu à une prolifération de sociétés et d'idées qui ont permis de formuler un besoin de nouveaux outils pour la biologie moléculaire et génétique. L'attitude de Wall Street a été classique. Les premiers succès de Genentech, Genzyme et Amgen, ont donné l'impression que toutes les entreprises de biotechnologie allaient réussir. Entre 1990 et 1991, environ 80 entreprises de biotechnologie ont levé des fonds en s'introduisant en Bourse. Pendant les deux ou trois années suivantes, de nombreuses entreprises ont fait des erreurs, dues à de mauvais procédés cliniques ou à un management inexpérimenté. La valeur de leurs actions s'est effondrée et la communauté financière a eu peur. Toutefois l'argent levé en 1990 et 1991 a permis de développer des produits qui sont aujourd'hui en phase II ou en phase III de test clinique. « Une douzaine, voire plus, d'entreprises de biotechnologie devraient devenir rentables au cours des douze ou dix-huit prochains mois », explique Ed Hurwitz, un analyste de la banque d'affaires Robertson Stephens. D'où ce nouvel enthousiasme boursier pour l'ensemble du secteur. « Environ trente médicaments ont reçu l'autorisation de mise sur le marché au cours des dix dernières années, dont neuf au cours des dix-huit derniers mois », souligne l'analyste. D'ici à la fin de l'année, huit médicaments supplémentaires devraient recevoir l'autorisation de mise sur le marché. L'effet pyramide devrait se poursuivre. Le cycle d'investissement devrait être moins heurté à l'avenir. En effet les jeunes entreprises ont appris à collaborer avec les grandes firmes pharmaceutiques dans des programmes de recherche. Les principaux secteurs d'activité sont représentés par les spécialistes du génome qui identifient les gènes pour déterminer des cibles thérapeutiques, les spécialistes des bibliothèques de molécules qui peuvent être utilisées dans la mise au point d'une thérapie et les spécialistes des méthodes de distribution sélective des médicaments. Pascal Boulard

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.