« Ces entreprises sont parvenues à maturité »

« La Tribune ». - L'augmentation des coûts de la santé dans les divers pays ne pose-t-elle pas un problème pour le développement de nouveaux médicaments ? Ed Hurwitz*. - Cela dépend. Les bons médicaments permettent globalement de réaliser des économies. Les études de mise sur le marché incluent maintenant une partie où sont notés la capacité d'un médicament à réduire le temps d'hospitalisation, la facilité d'utilisation hors du milieu hospitalier, le temps de convalescence avant la reprise du travail et la réduction du temps d'intervention des aides-soignants ou infirmiers. Dans ces conditions, une baisse des coûts globaux induite par un médicament devrait favoriser sa commercialisation. Toutefois tout le monde ne profite pas de cette baisse globale des coûts, notamment les compagnies d'assurances qui remboursent ce médicament. Il faudrait pouvoir quantifier le gain net : prix du médicament plus élevé mais séjour en hôpital moins long. Les entreprises pharmaceutiques vont essayer de le démontrer. Si vous recommandez l'achat de Amgen alors que sa capitalisation boursière est de 16 milliards de dollars, cela signifie-t-il que vous pensez que la capitalisation boursière va progresser jusqu'à plus de 20 milliards de dollars ? Effectivement, avec une entreprise comme Amgen, vous devez escompter une rentabilité moyenne annuelle de 20 % à 25 % si vous achetez l'action. Donc, si l'action est à 60 dollars, vous devez espérer qu'elle montera à 75 dollars d'ici douze à dix-huit mois. Dans le cas d'Amgen, la valorisation potentielle est assez facile à discerner puisque l'entreprise gagne de l'argent. Il faut prendre un multiple de ses bénéfices, le rapporter à son taux de croissance et comparer ce multiple à celui des autres grandes entreprises pharmaceutiques. Il faut appliquer aussi un ajustement en fonction de la taille de son chiffre d'affaires, du potentiel d'accélération de la croissance de ses profits, de la qualité et de la taille de son effort de recherche. Comment évaluez-vous des entreprises en phase de développement ? C'est plus difficile. Il faut essayer de déterminer ce qui peut se passer dans un scénario à risques raisonnables et prendre en compte les bénéfices potentiels des quatre à cinq prochaines années. Propos recueillis par P. B. * Analyste chez Robertson Stephens & Co.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.