Le cobalt montre à nouveau des signes de tension

 |   |  423  mots
Le marché du cobalt montre de nouveaux signes de tension. Pour l'heure, ils ne se traduisent pas par une hausse des cours. Mais le marché reste très attentif aux divers incidents qui affectent l'offre. Après la crise zaïroise qui avait perturbé les livraisons en provenance du Shaba, le marché du métal bleu a été affecté par la grève chez Inco. Le producteur canadien de nickel est un gros affineur de cobalt et la perspective d'une grève de longue durée paralysant les installations de Sudbury au Canada a porté le métal. Cette fois, l'alerte vient de Scandinavie avec l'explosion d'une tour d'affinage chez les producteurs finlandais Outokumpu. La faiblesse des inventaires en métal bleu un peu partout dans le monde devrait se traduire par une forte résistance des prix du métal alors que le Stock stratégique américain s'apprête à vendre d'ici au début du mois de septembre 680,4 tonnes de métal. De l'avis de plusieurs spécialistes et négociants, les cours du métal bleu ne devraient pas passer de sitôt sous la barre des 20 dollars la livre. Le recul de la demande en provenance du secteur automobile est très largement compensé par l'envol des usages dans l'aéronautique et dans la production de piles électriques à haute performance. DIAMANTS LE PRODUCTEUR RUSSE Almazy Rossii Sakha vient de recevoir de Moscou sa licence d'exportation de diamants pour 1997. De l'avis de plusieurs experts ainsi que des milieux diamantaires anversois, l'émission de la licence prélude la signature du contrat liant De Beers à la Russie. Le producteur sibérien, qui extrait un peu plus de 90 % de la production russe de diamants, s'est refusé à dévoiler la quantité de carats qu'il pouvait exporter. Tout au plus, il a confirmé la rumeur voulant que le quota d'Almazy Rossii Sakha en 1997 soit inférieur à celui dont le producteur disposait en 1996. Habituellement, la Russie fournit 26 % des pierres commercialisées par De Beers et ces ventes rapportent à Moscou environ 1,2 milliard de dollars. n JUS D'ORANGES LA PRODUCTION DE JUS d'orange au Brésil devrait bondir de 9,6 % à 1,25 million de tonnes en 1997-1998, estime l'USDA (département de l'Agriculture américain) dans son dernier rapport. Les exportations brésiliennes devraient atteindre 1,16 million de tonnes. CACAO LA RÉCOLTE IVOIRIENNE 1996-1997 a été évaluée à 1,1 million de tonnes par l'USDA. Les exportations sur la même période sont estimées à 1,21 million de tonnes. En revanche, l'USDA a revu à la baisse la production du Ghana (moins 40.000 à 350.000 tonnes).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :