Echec des négociations salariales

Les syndicats du secteur bancaire avaient jusqu'à hier, mardi 9 janvier, pour signer l'accord proposé par l'Association française des banques (AFB) sur les salaires pour 2007. Or hier soir, seule une organisation, Force Ouvrière, avait décidé de signer le texte. Il faut dire que les négociations s'étaient achevées le mois dernier sur un constat d'échec puisque le texte présenté par l'AFB ne concernait que la revalorisation des minima salariaux, soit une petite partie des 400.000 salariés des banques."Ce n'est pas de gaîté de coeur que nous signons car l'accord proposé est bien léger mais il a au moins le mérite de toucher les titulaires des minima", expliquait-on chez FO hier soir. Selon nos informations, le SNB-CFE-CGC ne compte pas ratifier le texte.Au moment où les groupes bancaires s'apprêtent à publier d'excellents résultats 2006, les syndicats espéraient une augmentation générale de 434 euros pour les banques ne bénéficiant pas d'accord salarial. Ils souhaitaient aussi mettre en place l'obligation de négocier au sein des établissements les critères d'attribution des rémunérations individualisées. Mais, depuis plusieurs années, les entreprises bancaires ont écarté les augmentations générales au profit des mesures individuelles et de la rémunération au mérite. Et ce d'autant plus que la plupart des établissements disposent désormais de leur propre accord d'entreprise. Ce qui n'incite guère la branche à proposer des augmentations généralisées. L'AFB proposait une hausse des minima salariaux au sein des banques comprise entre 2,5 % et 3 %. Une rencontre intersyndicale doit avoir lieu dans le courant du mois pour décider des suites de la mobilisation.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.