Royal Bank of Scotland prêt à étudier un plan B sur ABN-Amro

Avec ou sans LaSalle, ABN- Amro reste dans la ligne de mire de Royal Bank of Scotland (RBS) et de ses alliés, Santander et Fortis. Le consortium qui regroupe les trois banques est prêt en effet à reformuler l'offre sur la banque batave, si la décision d'ABN- Amro de vendre LaSalle à Bank of America pour 21 milliards dedollars est validée par la justice néerlandaise.La décision de la Cour Suprême des Pays-Bas est attendue au plus tard le 13 juillet. Mais la semaine dernière, l'avis rendu par l'avocat général Vino Timmerman, selon lequel cette transaction est légale et ne doit pas être autorisée par les actionnaires d'ABN-Amro, a douché quelque peu les espoirs du consortium et relancé les chances de Barclays, dont l'offre concurrente sur ABN Amro se fait sans ­La Salle. Le- consortium ne s'en est pas ému pour autant. RBS, principal intéressé par LaSalle, a laissé entendre qu'il pouvait se satisfaire d'autres activités d'ABN-Amro qui lui sont promises, notamment la banque d'investissement et de financement (BFI).TIMING SUSPENDU A LA DECISION DE LA COUR SUPREMELe mois dernier déjà, Fred Goodwin, le patron de RBS, estimait à 700 millions d'euros les synergies de coûts générées par la fusion entre LaSalle et ses activités américaines, alors qu'il chiffrait à 1,2 milliard d'euros (65 % du total) les synergies dérivant d'une intégration entre la BFI de RBS et celle d'ABN- Amro. Quelque 950 millions d'euros d'économies seraient générés dans l'activité liée à la clientèle globale et institutionnelle, 240 millions au niveau de la clientèle PME. Ces chiffres sont en soi supérieurs aux estimations de Barclays, qui a annoncé 850 millions d'euros de synergies dans la clientèle globale et institutionnelle, via l'intégration de la BFI d'ABN-Amro dans Barclays Capital. De surcroît, RBS prévoit de dégager au moins 660 millions d'euros de synergies de revenus, contre 500 millions d'euros pourBarclays.Du coup, le consortium et Barclays pourraient finir par se battre pour le même périmètre. De quoi soulager les actionnaires d'ABN- Amro, appelés dès lors à se prononcer sur des offres comparables. Barclays a obtenu hier du régulateur néerlandais une prolongation jusqu'au 23 juillet pour lancer officiellement son offre. RBS et ses alliés ont également l'intention de formaliser la leur fin juillet. Le timing dépendra de la décision de la Cour suprême sur LaSalle. Au sein de RBS, par ailleurs, on affirme que l'intérêt pour cette filiale reste intact. Mais on refusait d'indiquer, hier, si les discussions infructueuses avec Bank of America sur un éventuel partage de LaSalle avaient des chances d'être relancées.RBS vend la tour Citigroup à LondresPropriétaire du siège européen de la banque américaine Citigroup à Londres, Royal Bank of Scotland (RBS) a cédé hier l'immeuble aux investisseurs immobiliers Quinlan Private et Propinvest pour 1,48 milliard d'euros. RBS entend ainsi financer pour partie le rachat de la banque néerlandaise ABN-Amro si l'opération est menée à son terme.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.