Un cru 2007 meilleur que prévu pour l'assurance-vie

Avec 4,42 % de rendement pour son fonds en euros contre 4,33 % en 2006, l'Afer donne une fois encore la tendance du marché. Ce sont à la fois les plus-values sur les actions (102 millions d'euros en 2007 pour l'Afer) et l'évolution favorable des taux obligataires l'an dernier qui ont tiré la performance vers le haut. De plus, dans le cas de l'Afer qui a un portefeuille ancien de 32,8 milliards d'euros d'actifs, la diminution des obligations à haut rendement arrivant à leur terme et donc nécessitant un réinvestissement s'avère favorable. Ainsi, les remboursements d'obligations se sont élevés à 2,8 milliards d'euros et ont porté sur des titres dont le revenu n'était " que " de 4,68 % à comparer aux 6 ou 7 % des générations d'obligations précédentes.Un fonds en euros est très largement investi en obligations (entre 80 et 95 % en général) dont une part croissante d'obligations émises par des entreprises, et une minorité en actions (5 à 15 %).Pour Parnasse Maif (filiale d'assurance-vie de la Maif) l'heure est à la hausse également : son contrat Nouveau Cap passant à 4,30 % contre 4,15 % en 2006 et le contrat Libre Cap à 4,24 % contre 4,09 % en 2006. Même constat chez ACMN Vie (filiale du Groupe Crédit Mutuel Nord Europe) avec des augmentations de 0,05 à 0,15 selon les contrats portant par exemple le fonds en euros du contrat Horizon Patrimoine à 4,60 %. GMF a pour sa part opté pour la stabilité avec un taux de rendement net à 4,55 % identique à ceux de 2005 et 2006. Un niveau élevé dans un marché dont la moyenne s'établissait à moins de 4,2 %, selon la Fédération française des sociétés d'assurance. Ce rendement lui a d'ailleurs assuré un beau succès commercial puisque sa collecte a progressé de 7,4 % en 2007 à 1,167 milliard d'euros dans un marché en baisse de 5 % pour l'assurance-vie individuelle (hors contrats collectifs d'entreprises).De même la MACSF avec 4,65 % pour son contrat phare, le RES, créé en 1970, stabilise la performance. L'assureur mutualiste dédié aux professions médicales a préféré mettre 30 millions de plus-values en réserve dans sa provision pour participation aux excédents qui s'élève désormais à 295 millions d'euros pour 12,6 milliards d'euros d'encours gérés, pour résister à des conditions de marché éventuellement plus difficiles dans le futur. Le mutualiste a par ailleurs profité de la remontée des taux l'an dernier pour acheter " des obligations à taux fixes d'un rendement de plus de 5 % et de notation A ou supérieure " engrangeant ainsi des gisements de performance pour l'avenir.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.