Débâcle chez les rehausseurs de crédit

Un vent de panique s'est abattu sur les rehausseurs de crédit à Wall Street. Les spécialistes américains de ce métier, qui consiste à assurer des émetteurs d'obligations afin qu'ils obtiennent une meilleure note de crédit, voient leur cours de Bourse s'effondrer depuis le début de la semaine. L'origine de la débâcle : la décision par les agences de notation Moody's et Standard & Poor's d'initier une nouvelle revue de la notation du secteur. Avec à la clé la possible dégradation des notes de crédit de ces entreprises appelées également monolines, car ils n'exercent qu'une seule activité. Un abaissement de note qui mettrait à mal l'exercice même de l'activité de ces entreprises qui apportent leur garantie aux obligations qu'ils rehaussent...En milieu de séance hier à Wall Street, MBIA Inc dévissait de près de 30 % à 9,55 dollars. Depuis que les agences de notation ont fait part de leurs inquiétudes sur le secteur, fin octobre, MBIA a vu sa valeur boursière fondre de 85 %. De son côté, Ambac Financial perdait plus de la moitié de sa valeur hier à la mi-journée à New York. Mardi, ses dirigeants ont annoncé leur décision de déprécier à hauteur de 3,5 milliards de dollars (2,4 milliards d'euros) une partie du portefeuille d'actifs du groupe. Intervenant à l'origine sur les obligations émises par les municipalités américaines, les rehausseurs de crédit ont progressivement étendu leur activité à la garantie d'opérations de titrisation de créances, heurtées de plein fouet par la crise des prêts hypothécaires à risque outre-Atlantique.Craignant des défauts en cascade parmi les clients des rehausseurs de crédit, les agences de notation multiplient revues et autres enquêtes, afin de déterminer s'il est opportun de dégrader les propres notes de crédit de ces sociétés. Il y a un mois, Moody's avait pourtant confirmé la notation " AAA " dont bénéficie Ambac mais choisi de placer celle de MBIA sous surveillance, avec implication négative [une décision qui ouvre la voie à une future dégradation de note, Ndlr]. À la mi-décembre, Standard & Poor's avait, pour sa part, placé les notes de la plupart des acteurs du secteur des monolines sous perspective négative.LEVEE DE CAPITAUXDe leur côté, les rehausseurs de crédit prennent des mesures pour consolider leur capital et éviter tout abaissement de leur note de crédit. Parallèlement aux dépréciations dévoilées mardi, Ambac a annoncé son intention de lever un milliard de dollars d'argent frais auprès d'investisseurs, de même que la réduction de son dividende. Quelques jours plus tôt, MBIA avait pris des décisions similaires en indiquant qu'il allait réduire son dividende des deux tiers. Conserver la meilleure notation possible (" AAA ") est crucial pour les rehausseurs de crédit, qui assurent environ 2.400 milliards de dollars de dette, selon Bloomberg.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.