La Société Générale confrontée au risque de réputation

Les journées passent et apportent leur lot de mauvaises nouvelles pour la Société Générale, qui a annoncé la semaine dernière une perte de 4,9 milliards d'euros à la suite du débouclage de la position du trader que la banque soupçonne de fraude. Hier, le procureur de Paris Jean-Claude Marin a dévoilé, lors d'une conférence de presse, quelques éléments tirés de l'interrogatoire du trader incriminé, Jérôme Kerviel (lire page 17), lors de sa garde à vue. Il ressort qu'il avait débuté ses " opérations " dès la fin de l'année 2005, qu'il avait certes dépassé les limites d'investissement qu'on lui avait octroyées mais qu'il n'était pas le seul à le faire. Toutefois, il n'est pas démontré une " absolue défaillance " des systèmes de contrôle de la banque, a indiqué Jean-Claude Marin, puisque plusieurs services (" middle office ", services comptables et des risques) avaient donné l'alerte avant de recevoir des " réponses falsifiées ". Il n'empêche ! Ces premiers éléments viennent un peu plus ternir l'image de la banque et par là même augmenter son risque de réputation.Cette notion avait été soulevée par Fitch dès la semaine dernière quand l'agence de notation a décidé d'abaisser à AA- la note de dette à long terme de la Société Générale. Ses analystes écrivaient alors que l'ampleur de la fraude " soulève des questions sur l'efficacité des systèmes de la banque et crée un risque de réputation pour le groupe ". Fitch entend par là les risques encourus par la banque au plan commercial et en matière de financement, voire de refinancement, un marché déjà hautement sous pression compte tenu de la crise financière. " Nous ne pouvons ignorer un risque de réputation dans un tel cas, aussi bien en termes de relation avec les autres banques qu'en termes d'impact psychologique pour les clients de la banque de détail ", précise Eric Dupont, analyste crédit chez Fitch.CONFIANCE SERIEUSEMENT ENTACHEEDes propos qui font écho à ceux des analystes financiers de Citigroup Securities. Dans une note de recherche, ces derniers indiquent que les événements survenus à la Société Générale devraient " sérieusement endommager " l'activité du pôle de banque de financement et d'investissement (BFI) de la banque, qui génère habituellement le quart des profits du groupe. Le risque de réputation que fait encourir à la banque l'affaire Kerviel devrait donc, de l'avis de ces experts, peser sur la franchise clients de l'établissement et sa capacité à en attirer de nouveaux.Pour Hervé Juvin, associé chez Eurogroup, " le risque de réputation est particulièrement grand dans la banque où l'on cultive encore le culte du secret. En ce qui concerne la Société Générale, meilleures seront ses chances de dépasser un tel risque si sa version des faits est avérée, et ce rapidement ".Les événements portant atteinte à la réputation des établissements financiers sont nombreux dans l'actualité récente. L'on peut citer les déboires de BNP Paribas en août dernier. La banque avait été contrainte de fermer trois de ses fonds de placement en mal de liquidité pour les rouvrir trois semaines plus tard, une fois leur valorisation recalculée par les équipes de la banque. Une rapidité qui aura permis à la banque de la rue d'Antin de limiter le risque de réputation. L'on peut encore citer l'exemple de Calyon, qui a perdu 230 millions d'euros à la suite, là aussi, de l'erreur de l'un de ses traders.Daniel Bouton épinglé par SarkozyUne crise comme celle de la Société Générale " ne peut pas rester sans conséquences s'agissant des responsabilités ", a déclaré hier Nicolas Sarkozy. Et d'ajouter à propos de Daniel Bouton : " Je n'aime pas porter de jugement personnel sur les gens [...] mais on est dans un système où, quand on a une forte rémunération qui est sans doute légitime, et qu'il y a un fort problème, on ne peut pas s'exonérer des responsabilités. "

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.