Des cadres de la Société Générale entendus par les juges

2 mn

Comme l'a révélé Le Parisien, plusieurs cadres de la Société Générale ont été entendus comme témoins par les juges Renaud Van Ruymbeke et Françoise Desset dans l'enquête sur les agissements du trader Jérôme Kerviel, qui a fait perdre 4,9 milliards d'euros à la Société Générale. Les deux magistrats, saisis depuis lundi dernier de l'enquête sur les circonstances de ces pertes abyssales, ont entendu en fin de semaine le cadre qui avait interrogé Jérôme Kerviel à la suite d'alertes survenues en novembre 2007. Lors de sa garde à vue, le jeune courtier avait affirmé que le marché à terme Eurex, filiale des opérateurs boursiers allemand Deutsche Börse et suisse SWX, avait alors envoyé " deux demandes d'informations " à la banque sur le " volume d'opérations " traitées par Jérôme Kerviel. Il avait précédemment expliqué aux policiers de la brigade financière qu'il avait été interrogé et qu'il était parvenu à se justifier. Lors de son audition devant les juges, le cadre en charge de la déontologie de la banque, Xavier de La Maisonneuve, a confirmé les dires du courtier.EXAMEN DES RELEVES TELEPHONIQUESRenaud Van Ruymbeke et Françoise Desset, qui cherchent à comprendre les mécanismes bancaires qui ont conduit à cette perte record, ont également entendu une autre cadre qui avait réalisé un audit sur le fonctionnement de la banque. Le secrétaire général du groupe Société Générale, Christian Schricke, avait déjà été entendu jeudi en tant que partie civile par les juges. Les policiers de la brigade financière s'intéressent également aux factures de téléphone de Jérôme Kerviel " parfois délirantes ", a-t-on affirmé de source proche du dossier. Elles auraient régulièrement dépassé plus de 1.000 euros par mois, d'après Le Parisien, selon qui Kerviel pourrait avoir ainsi eu recours à son téléphone personnel plutôt que professionnel dans le but d'échapper aux contrôles de la banque. Selon une source proche du dossier, l'examen des relevés téléphoniques fait partie du travail classique des policiers qui cherchent à cerner le " fonctionnement " du trader.Sur un autre registre, celui de la détention de Jérôme Kerviel, on devrait connaître le 8 février la décision de la chambre de l'instruction. Les juges d'instruction ont laissé le trader en liberté sous contrôle judiciaire alors que le Parquet avait requis la détention. Il a fait appel de la décision des juges.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.