Skandia se réorganise en Europe du Sud et prévoit des acquisitions

2 mn

Une fois encore Skandia réinvente un modèle de développement économique. Cet assureur d'origine suédoise racheté en 2005 par la compagnie britannique aux racines sud-africaine Old Mutual , a démarré son activité en France en 2002. Parti de zéro, il a collecté 500 millions d'euros en 2006 puis 600 millions en 2007 en s'appuyant exclusivement sur un réseau de distribution externe, les conseillers en gestion de patrimoine indépendants (CGPI) et sur des sous-traitants pour les fonctions supports comme l'informatique ( lire " La Tribune " du 6 juin 2007 ). Fort de son succès, Skandia France se réorganise pour accélérer sa croissance.Depuis le 1er janvier, les activités françaises, espagnoles et portugaises sont regroupées au sein d'une même société de droit espagnol baptisée Skandia Link et surtout sous une seule et même structure opérationnelle. Et d'ici à trois ans " l'Italie y sera probablement rattachée ", précise Rafael Galdon, directeur général de la division Europe et Amérique latine du groupe Skandia, soit quatorze pays sur les quarante où le groupe Old Mutual est actuellement présent.DECLINAISON DU MODELE FRANCAISPlacée sous la responsabilité de Hein Donders, qui reste par ailleurs patron du marché français, cette nouvelle organisation a l'originalité d'être totalement décentralisée. Les trois pays - France, Espagne et Portugal - ne conservent directement que leurs équipes commerciales, tous les autres services de l'actuariat, à la gestion administrative en passant par les ressources humaines sont mises en commun, mais indifféremment localisées à Paris, Madrid et Lisbonne. " Le lieu géographique a de moins en moins d'importance grâce aux nouvelles technologies et aux facilités de déplacement ", estime Hein Donders qui souligne " chez Skandia Link, il n'y a pas de structure hiérarchique. Chaque équipe est organisée comme une petite entreprise et fait son propre business plan ". Dès 2008, Skandia Link doit atteindre 1 milliard d'euros de collecte (contre 680 millions en 2007) répartis entre la France pour 700 millions, l'Espagne 200 millions et le Portugal 100 millions. Et d'ici à trois ans, l'encours géré de Skandia Link devra avoir atteint 4 milliards pour 1,5 milliard d'euros de collecte.Si la France sert clairement de modèle pour le développement de la distribution d'assurance-vie par des conseillers indépendants en Espagne dès 2008 puis sans doute dès 2009 au Portugal, elle attend de cet élargissement de son périmètre " une meilleure rentabilité " grâce à une meilleure utilisation de ses outils de gestion. Elle en attend aussi une mutualisation des investissements notamment sur Internet. Mais cette organisation renforcée " prépare aussi la croissance externe, car avoir une équipe solide qui fonctionne sur trois pays est une puissance pour l'avenir ", indique Hein Donders sans citer cependant de cible précise dans l'immédiat.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.