Eurex s'interroge sur sa présence aux États-Unis

Eurex, la filiale de produits dérivés de la Bourse allemande, qui a lancé une offensive infructueuse aux États-Unis en février 2004, n'est pas assurée de maintenir sa présence outre-Atlantique. "Le conseil d'administration regarde si nous continuons ou pas", a déclaré la semaine dernière Juerg Spillman, vice-président d'Eurex à Buergenstock (Suisse), lors d'une conférence sur les produits dérivés. "Nous sommes en train d'examiner les coûts", a-t-il poursuivi. Outre l'abandon des contrats à terme sur taux longs annoncé en juin, ses effectifs à Chicago ont été réduits de 34 à 26 personnes. La presse allemande a déjà mentionné la recherche d'un partenaire. Le marché à terme vient malgré tout d'annoncer qu'il ouvrait l'accès de ses clients américains aux options sur actions et sur indices cotés en Europe. Il a aussi fait savoir qu'il lancerait le mois prochain des produits dérivés sur actions individuelles européennes. Enfin, le projet des contrats à terme sur devises aux États-Unis, chasse gardée du CME (Chicago Mercantile Exchange), est toujours officiellement sur les rails.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.