Décès du fondateur d'Enron

Kenneth Lay n'endurera jamais la peine à laquelle il devait être condamné en octobre lors de l'épilogue du procès Enron. Reconnu coupable de malversations comptables ayant provoqué la retentissante faillite du courtier en énergie texan, le fondateur et ancien dirigeant du groupe est décédé mardi soir à l'âge de 64 ans d'une crise cardiaque dans sa résidence secondaire d'Aspen (Colorado).Le 25 mai dernier, lors du verdict du procès à Houston, les six chefs d'accusation de complot et de fraude qui pesaient contre lui avaient été retenus par les jurés. À l'instar de Jeffrey Skilling, autre ancien dirigeant d'Enron reconnu coupable de malversations, Lay devait être condamné à la prison à vie lors de l'énoncé des sentences prévu le 23 octobre."Kenny Boy". Tout comme Bernard Ebbers (Worldcom) et Dennis Kozlowski (Tyco), Kenneth Lay symbolisait la dérive de certains dirigeants d'entreprises américaines au tournant des années 1990-2000, ayant mené à la ruine de milliers d'employés et de petits épargnants. Créé au milieu des années 1980, le courtier Enron a été pendant quelques années une valeur chérie par Wall Street, sa capitalisation boursière ayant atteint 100 milliards de dollars lors de son apogée.Sa débâcle intervient le 16 octobre 2001 lorsque le groupe annonce de manière abrupte une perte trimestrielle de 618 millions de dollars pour charges exceptionnelles. Quelques jours plus tard, la SEC, le gendarme des marchés financiers, ouvre une enquête et Andrew Fastow, le directeur financier d'Enron, accusé d'avoir échafaudé de complexes montages financiers pour masquer les pertes du groupe, est licencié. Le 2 décembre de la même année, Enron se place sous la protection de la loi sur les faillites, la plus importante de l'histoire des États-Unis.Proche des milieux républicains, et notamment de George W. Bush qui le surnommait, " Kenny Boy ", Lay a clamé son innocence jusqu'au bout.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.