Tokyo : en attendant Alan

Alan Greenspan s'est de nouveau réinvité à la direction du grand orchestre de Kabuto-Cho. Et tous ses membres sont restés dans l'expectative, avant l'audition du président de la Fed par la commission économique du Congrès, attendue beaucoup plus tard dans la soirée à Tokyo. Une attente qui a forcé le Nikkei à finir sur un recul de 1,07 % à 11.160,88 yens."Les investisseurs ont beaucoup de difficultés à adopter une stratégie d'investissement claire ; le risque d'un relèvement plus agressif que prévu de ses taux par la Fed en réponse à l'envolée de la facture pétrolière continuant d'obscurcir les perspectives économiques sur la deuxième partie de l'année, témoigne Naoki Kamiyama, stratège chez Morgan Stanley à Tokyo, de même, ceux-ci se demandent s'il est encore temps de jouer la reprise des semi-conducteurs, ou les faibles valorisations affichées dans les sociétés de matières premières". Les multinationales approvisionnant le marché américain ont été les premières à tanguer. Canon a fini en recul de 1,9 % à 5.830 yens, Honda perdant 1,3 % à 5.270 yens.Ces interrogations sur un freinage de la croissance mondiale restent cependant battues en brèche par les signaux en provenance de l'Archipel. Le moral des consommateurs a continué de s'améliorer en mai, l'espoir d'une baisse du chômage renforçant la confiance. Et ce sans compter la qualification du Japon pour le Mondial 2006 de football en Allemagne, assurée grâce à sa victoire mercredi contre la Corée du Nord. Cette participation rapportera quelque deux milliards d'euros à l'économie nippone prédit le Dai-Ichi Life Research Institute.Pierre-Alexandre Sallie

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.