Illusions électroniques à Tokyo

Il y a une semaine, le plan de restructuration drastique annoncé par un Sanyo exsangue plantait le décor. Dominée par le bilan de santé semestriel de sept grandes marques de l'électronique, la période du 26 octobre au 9 novembre serait riche en émotions sur la Bourse de Tokyo. Les mauvaises vibrations émises par ces piliers de l'industrie nippone menacent d'ébranler la confiance des investisseurs qui, selon les derniers sondages, croient toujours les grands patrons capables d'annoncer une progression annuelle de leurs bénéfices de 30 % au printemps. Ces interrogations remettraient en cause les paris sur un avenir plus profitable, qui ont permis au marché de progresser de 23 % en six mois...La preuve, hier, avec le décrochage de 3,3 % de Pioneer, qui est parvenu à ébranler un indice Nikkei perdant 0,7 % à 13.106,18 yens. Le groupe électronique a avoué des pertes trois fois supérieures à celles pronostiquées par ses dirigeants. Le quotidien Nihon Keizai en rajoutait, en indiquant que NEC verrait lui aussi ses profits décliner cette année. Confirmation jeudi. En attendant, les opérateurs s'inquiètent de l'effet néfaste qu'aurait toute mauvaise surprise en provenance de Sony - autre grand convalescent - en fin de semaine. Matsushita, le plus grand fabricant d'appareil électroniques se cachant derrière la marque Panasonic, devrait cependant limiter les dégâts.Un effet surtout indirect. Car, en dépit de leur visibilité, ces conglomérats électroniques sont depuis longtemps considérés d'un oeil soupçonneux par les investisseurs. Cette année, leurs actions progressent ainsi de moins de 6 %... le tiers de l'avancée générale du marché.Pierre-Alexandre Sallie

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.