La valorisation de Google fait débat parmi les analystes

Dès ses premiers pas à Wall Street, en août 2004, la flambée de l'action Google a éveillé les craintes d'une résurgence de la bulle Internet. Le cours du moteur de recherche ayant plus que doublé l'an passé et quintuplé en dix-sept mois, le débat a gagné en intensité en ce début d'année, période à laquelle les analystes amendent prévisions et objectifs de cours. Les oracles semblent engagés dans une course à la prédiction la plus astronomique. Le plus audacieux imagine Google à 2.000 dollars, quatre fois plus que le cours actuel et 23 fois le prix d'introduction de 85 dollars...Déjà, dans les premiers jours de janvier, l'expert de Piper Jaffray avait fait sensation en s'adjugeant la palme de l'objectif le plus ambitieux (à l'époque) : 600 dollars d'ici à la fin de l'année, calculé sur la base d'un multiple de 50 fois les bénéfices de 2007. Google se traite à 53 fois les profits de 2006. Plusieurs analystes, dont le pronostic de 400 dollars avait été dépassé depuis novembre, lui ont emboîté le pas : Goldman Sachs anticipe désormais 500 dollars, Bear Stearns 550 dollars. Un seul analyste émet une opinion négative sur Google, chez Gunzman & Co, dont l'objectif de 260 dollars a été dépassé en mai.Entre 100 et 2.000 dollars. Sommes-nous revenus au temps de l'"exubérance irrationnelle" dénoncée par Alan Greenspan ? L'auteur de la prophétie des 2.000 dollars, Mark Stahlman, du courtier Caris & Co, se défend d'avoir avancé un objectif à proprement parler et nuance : il s'agit d'un "prix théoriquement possible". Se fondant sur le potentiel de développement du marché des services sur Internet, il estime que Google "a des chances de devenir une firme au chiffre d'affaires annuel de 100 milliards de dollars", contre 4 milliards estimés en 2005. Il aboutit à son prix théorique en appliquant le multiple de 6,2 fois les ventes de Microsoft. A 2.000 dollars, la valeur boursière de Google tutoierait les 590 milliards de dollars.Au milieu de la polémique, une star déchue de la bulle, Henry Blodget, ancien analyste vedette de Merrill Lynch banni à vie du courtage pour avoir publié des recommandations biaisées, a refait surface. il prévient, sur son blog "Internet Outsider" que le cours pourrait retomber à 100 dollars, lorsque, fatalement, la croissance de la publicité sur Internet ralentira et les pressions sur les prix s'accentueront. Selon Blodget, "la question est de savoir quand".Delphine Cuny

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.