Capgemini revoit sa prévision de croissance 2006 en hausse

Dans la foulée de ses bons résultats 2005, Capgemini confirme un net regain de forme au premier trimestre 2006. Sur les trois premiers mois de l'année, le groupe tire son épingle du jeu avec un chiffre d'affaires trimestriel en hausse de 9,4 % à taux et périmètre courants. Des ventes bien supérieures aux attentes qui s'établissent à 1,86 milliard d'euros contre 1,71 milliard au premier trimestre 2005."Nous avons connu un mois de mars exceptionnel, de très bonne augure pour l'ensemble de l'exercice 2006", prophétise Nicolas Dufourcq, le directeur financier de Capgemini. Compte tenu d'un contexte favorable, la direction a revu à la hausse la prévision de croissance de son chiffre d'affaires, qui devrait dépasser 8 % sur l'ensemble de l'année, contre les 6 à 7 % prévus initialement. Une annonce immédiatement saluée par les marchés et dont a largement profité le titre du numéro un européen des services informatiques qui s'est adjugé, hier en clôture, la plus forte hausse du CAC avec un bond de 6,12 % à 45,42 euros.Un segment dynamique. Cette croissance résulte essentiellement de la signature de grands contrats d'infogérance avec General Motors aux États-Unis ou encore Her Majesty's Revenue & Customs en Grande-Bretagne. Ce dernier accord, extension d'un contrat antérieur, est valorisé 1,3 milliard d'euros selon une source proche du dossier. Il doit entrer en production dans le courant du mois de juin, "nous permettant de sécuriser la croissance de nos activités pour le second semestre", a indiqué pour sa part Nicolas Dufourcq. Le groupe bénéficie également de la bonne tenue de ses activités de conseil et intégration, un segment très dynamique du marché sur lequel ses ventes ont progressé de 10 %. Au total, Capgemini revendique 2,99 milliards d'euros de commandes enregistrées au premier trimestre, de quoi voir venir.Restaient à régler les problèmes rencontrés par le groupe déficitaire sur le territoire américain depuis la difficile intégration d'Ernst & Young. Dans cette région, le chiffre d'affaires des activités conseil, intégration et services de proximité progresse de 5,6 % mais ne suffit pas à compenser l'arrêt de plusieurs contrats d'infogérance, décidé dans le cadre du plan d'amélioration de la rentabilité de cette activité, reconnaît la direction. Celle-ci prédit "un retour à la profitabilité d'ici à la fin du premier semestre", sans toutefois communiquer de chiffres pour ce trimestre.Quentin Vivant

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.