La loi luxembourgeoise laisse le champ libre à Mittal

Le Luxembourg s'est doté hier de sa première loi sur les OPA, qui entrera en vigueur dès la semaine prochaine. "Ce n'est pas un texte anti-Mittal, ni un texte pro ou anti-Arcelor", s'est défendu Laurent Mosar, rapporteur du projet de loi, en ajoutant que les dispositions du texte "ne sont ni teintées, ni imprégnées d'une volonté de faire échec à une offre publique en cours". La seule disposition qui aurait pu être gênante pour Mittal, celle qui oblige une société dont le flottant est inférieur à 25 %, à formuler son offre exclusivement en numéraire, est maintenue mais ne concerne que les offres obligatoires (que doit lancer une société après avoir pris 33,33 % du capital d'une autre). "Malheureusement, nous ne pourrons pas l'utiliser", soupire un banquier d'Arcelor. Mittal, de son côté, se réjouit. "Les actionnaires d'Arcelor vont bientôt avoir l'opportunité de se prononcer pour une intégration de Mittal et d'Arcelor. Nous espérons qu'Arcelor ne va pas encore essayer de les priver de la faculté d'exercer ce choix avec des recours juridiques", déclare le groupe.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.