Le Brésil fait pétiller InBev

L'ex-Interbrew, connu pour sa Stella Artois et sa Leffe, ne peut que se féliciter d'avoir étancher sa soif de grandir en fusionnant avec le brésilien AmBev (Skol, Brahma) pour donner naissance au numéro un mondial de la bière en volumes, devant l'américain Anheuser-Busch et sa Budweiser. La platitude de l'activité en Europe est largement compensée par le pétillant marché sud-américain, comme le démontrent avec éloquence les résultats du premier trimestre d'Inbev, publiés vendredi, qui ont dépassé les attentes. Le bénéfice net a ainsi presque triplé, à 166 millions d'euros, pour un chiffre d'affaires de 2,7 milliards. Au cours de ce trimestre traditionnellement mineur (environ 15 % du chiffre d'affaires annuel), le géant de la bière, dont la capitalisation approche 24 milliards d'euros, affiche une croissance interne de 5,4 % en volumes, "la plus forte du secteur" relève Credit Suisse. La hausse atteint même 9 % en Amérique latine, où, grâce à un été austral torride, le chiffre d'affaires a progressé de 15 % à change constant et le résultat deux fois plus vite. Ainsi, la zone sud-américaine a-t-elle généré 88 % du bénéfice d'exploitation du trimestre (+ 34,7 % à 581 millions d'euros). D. C.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.