Les majors priés d'investir dans Rosneft

La controverse autour de l'introduction en Bourse de Rosneft cette semaine sur les places de Londres et de Moscou éloigne de plus en plus les investisseurs financiers. Nombre de fonds d'investissement ont fait part de leurs réticences à investir dans un groupe pétrolier dont 70 % du brut provient d'un actif douteusement acquis aux dépens de Ioukos.Appels du pied. Voulant à tout prix éviter un échec au moment où il accueille le sommet du G8, le Kremlin multiplie les appels du pied vers les grands groupes pétroliers, qui espèrent ainsi obtenir un accès aux vastes gisements russes. Un coup de pouce à l'introduction permettrait aux prétendants d'entrer dans les petits papiers d'un Kremlin qui s'évertue à maintenir les majors internationales à distance de ses gisements d'hydrocarbures. Shell et BP, dont les opérations russes subissent des contraintes croissantes de la part de Moscou, pourraient ainsi mettre la main à la poche pour participer à l'opération. D'après le ministre indien du Pétrole, le groupe ONGC négocie quant à lui ouvertement pour " investir jusqu'à 3 milliards de dollars " dans Rosneft, " un investissement équivalent à peu près à 5 % du capital ". Le malaisien Petronas a également fait une large offre. Toujours prêt à rendre service au Kremlin, l'oligarque Roman Abramovitch aurait aussi généreusement souscrit à l'introduction.Jusqu'ici pourtant, la direction de Rosneft rejetait l'entrée d'un investisseur stratégique susceptible d'influer sur ses décisions. Quoi qu'il en soit, le Kremlin restant très largement majoritaire, il n'hésitera pas à mettre au second plan les intérêts des actionnaires minoritaires si besoin est. Rosneft propose ses actions entre 5,85 et 7,85 dollars. Il affirmait vendredi avoir atteint pour 12 milliards de dollars de souscriptions, ce qui le valoriserait à près de 80 milliards de dollars. Le prix définitif des actions sera annoncé le 14 juillet.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.