Smartesting se renforce à Bangalore pour conquérir l'immense marché américain

 |   |  419  mots
Selon Stéphane Werba, deux qualités priment pour réussir en Inde : indépendance et originalité. Le directeur général des opérations (COO) du spécialiste des tests de logiciels Smartesting n'a pas choisi de s'installer à Bangalore pour créer un centre de recherche et développement mais pour y implanter une représentation commerciale. Et après une association peu fructueuse en joint-venture avec un partenaire local, l'entreprise de Besançon a décidé de prendre en main ses opérations commerciales sur place.L'Amérique visée« Nous avons eu raison, nous sommes en train de décoller », se félicite le responsable, ajoutant conseiller « aux gens qui exercent le même métier que Smartesting de s'installer en Inde par eux-mêmes ». Désormais, « je me rends tous les mois à Bangalore au contact de notre équipe et de ses interlocuteurs, c'est primordial », ajoute-t-il. La démarche de la société présente en Inde depuis la fin 2008 est originale à un autre titre : bien qu'elle travaille à Bangalore pour plusieurs de ses clients français ayant installé en Inde des usines de développement ou de tests (Atos Origin, Cap Gemini, Steria...) et « fasse progresser » ses projets avec des sociétés de services informatiques indiennes (3i Infotech, Symphony)... c'est l'Amérique qu'elle vise. « Pour nous, l'implantation en Inde est un pas qui nous rapproche des États-Unis, le pays dans lequel se trouve 50 % du potentiel mondial de notre marché », affirme Stéphane Werba. « À Bangalore est concentré un grand nombre de sociétés américaines qui, dans leur pays, sont éparpillées sur un territoire énorme », poursuit le « COO » de l'entreprise française qui aide notamment ses clients à réduire le coût des tests fonctionnels de leurs logiciels. La stratégie porte manifestement ses fruits. Smartesting compte parmi ses clients les éditeurs de logiciels américains Manhattan Associates et Sungard et vient de créer une filiale à Boston. Mais à moyen terme, c'est bien l'Inde qui constituera un relais de croissance significatif. En 2010, le sous-continent a représenté 20 % du chiffre d'affaires de 2,5 millions d'euros de Smartesting, contre 2 % l'année précédente. En 2011, la société compte y réaliser entre 25 % et 30 % de ses revenus. « À Bangalore, nous comptons quatre employés et un cinquième est en cours de recrutement », indique Stéphane Werba. Fort du succès de la PME à l'étranger, « nous tablons sur 40 employés à la fin de l'année sur l'ensemble de la société contre une trentaine actuellement ». Éric Chalmet

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :