Des moteurs intelligents pour apprivoiser Internet

 |   |  403  mots
Deux ans après son lancement, les différents partenaires du consortium Quaero ont présenté la semaine dernière les premiers résultats de ce programme de recherche collaboratif sur le traitement automatique de contenus multimédias. Recherche dynamique sur Internet, traduction automatique, navigation intelligente dans les vidéos... Ces technologies émergentes vont très vite devenir des outils quotidiens pour les internautes. L'une des démonstrations les plus abouties est le moteur de recherche dans une vidéo accessible sur le site Web de la chaîne TV France 24 (voir encadré). La société Exalead présentait aussi un moteur de recherche multimédia très puissant pour afficher des photos par similarité de formes ou de couleurs. L'une de ses originalités est de proposer une « requête à 360 degrés » : le navigateur ouvre une nouvelle page « éditorialisée » comprenant les résultats textes, photos, vidéos, mais aussi nuage de tags de mots-clés pertinents...Le consortium Quaero a eu une histoire mouvementée. C'était un projet phare de Jacques Chirac en 2005 dans le domaine du numérique : créer un moteur de recherche concurrent de Google en fédérant les savoir-faire franco-allemands. Trois ans après, le consortium Quaero était lancé avec des ambitions nettement revues à la baisse et une coopération allemande limitée à celle de laboratoire scientifique. Plusieurs grands axes de recherche étaient identifiés : la numérisation et l'enrichissement de contenus ; les technologies de gestion des médias numériques ; la recherche et l'exploitation de documents multimédias ; la personnalisation des contenus télévisés. Avec un modèle original, la « coopétition » : « Le programme Quaero fonctionne sur le mode binaire de la ?coopération' à travers la mise en commun des compétences et de compétitions' ponctuelles organisées pour confronter les technologies », résume Pieter van der Linden chez Technicolor, coordinateur du consortium.aide à l'innovationQuaero a été doté d'un budget de 200 millions d'euros pour cinq ans, financé pour moitié par Oséo, l'établissement public d'aide à l'innovation, et par les entreprises impliquées dans le programme. Parmi les 26 partenaires en 2010, figurent des grands groupes comme Orange ou Technicolor (ex-Thomson), des entreprises innovantes (Exalead, Yacast, Vecsys...), des établissements publics (INA, BNF, Ircam) et des laboratoires de recherche français (Inria, CNRS...) et allemands (Karlruhe Institute of technology). Depuis 2008, les membres de ce programme collaboratif ont signé 230 publications scientifiques et déposé 20 brevets.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :