Industrie : le come-back américain

 |   |  307  mots
Le consommateur américain a retrouvé le moral. Il a ressorti sa carte bancaire pour les fêtes de fin d'année, que ce soit dans les magasins ou sur les sites d'e-commerce. Il a repris également le chemin des concessions automobiles. Comme l'économie du pays dépend à près de 70 % de la consommation des ménages, il faut y voir une bonne nouvelle. Et pas seulement pour les ouvriers chinois fabriquant les iPad ou les jouets qui garniront les sapins. Ce regain d'optimisme profite aussi aux emplois industriels américains. La preuve : Volkswagen démarrera le mois prochain une usine à Chattanooga, dans le Tennessee. Le sidérurgiste japonais Kobe Steel a annoncé jeudi vouloir investir 400 millions de dollars dans l'Ohio pour y installer un site de production de tôles minces destinées à l'automobile. Et même un groupe chinois, le fabricant de climatiseurs Gree Electric Appliances, a fait savoir cette semaine qu'il songeait à implanter une usine aux États-Unis, patrie de son grand rival Carrier. L'industrie américaine retrouve donc du tonus. Et suscite, du même coup, les appétits de groupes étrangers qui n'avaient pourtant d'yeux, ces derniers temps, que pour les entreprises des pays émergents. Profitant, il est vrai, d'un dollar à bon marché, Danone vient ainsi de s'offrir le fabricant de yaourts glacés Yocream, installé à Portland, dans l'Oregon. Et le suisse ABB a cassé sa tirelire en début de semaine pour mettre la main sur Baldor Electric, une société de l'Arkansas employant plus de 7.000 salariés et spécialisée dans les moteurs industriels. Un domaine dans lequel on aurait pourtant pu imaginer que le savoir-faire s'était désormais délocalisé en Chine. Mais non, l'Amérique reste bien là. Et c'est tant mieux pour l'équilibre de la planète. oesposito@latribune.frParOdile Espositorédactrice en chef

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :