La sardine tricolore du port de Marseille

 |   |  315  mots
La galéjade marseillaise prête à une sardine la capacité de bloquer le port phocéen. Mais le jour où ce poisson mythique sera pêché, on découvrira qu'il n'est pas jaune pastis mais tricolore. Et que, au-delà des spécificités méditerranéennes, il symbolise bien cette rare capacité française de gâcher les extraordinaires opportunités de son territoire. Car les chefs d'entreprise sont unanimes : Marseille a les atouts pour être un port majeur du trafic de marchandises entre le nord et le sud de l'Europe, l'Afrique, le Moyen-Orient... C'est sans compter sur quelques syndicalistes qui travaillent à scier la branche sur laquelle ils sont assis, et tous les salariés avec, en déclinant méthodiquement le manuel intitulé « Comment plomber votre compétitivité ». Bizarrement, cet ouvrage instructif n'est pas distribué sur le port de Gênes ni celui de Barcelone. Il y a d'autres domaines dans lesquels cet opuscule rencontre aussi un gros succès. Certains cercles français qui aiment à marier défense de l'environnement et culte de la décroissance, s'insurgent ainsi contre Total, image à leurs yeux de la mondialisation, qui se hasarde à vouloir investir dans l'Hexagone en y cherchant de l'énergie plutôt que de se contenter d'exploiter du pétrole et du gaz au large de l'Afrique. On espère que ce ne sont pas les mêmes qui protestent contre le manque de création d'emplois en France par les champions du CAC 40. Heureusement, ceux qui préfèrent l'ouvrage concurrent « On va s'en sortir quand même » constateront que, malgré ces pesanteurs (qui pénalisent notamment les PME), les grandes firmes françaises font partie, dans tous les domaines, du peloton de tête mondial. Et que les groupes étrangers continuent à investir massivement dans l'Hexagone. La sardine a quand même bon goût. Mais gare aux arêtes ! oprovost@latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :