«La sortie de crise s'accompagne d'un rattrapage salarial en 2011, autour de 3%»

 |   |  317  mots
STRONG>Avec la crise, les augmentations salariales dans les entreprises ont été plutôt modérées. Quelle tendance observez-vous pour 2011 ?Nous assistons à un phénomène de sortie de crise, qui se traduit dans les entreprises par un léger rattrapage salarial en 2011 par rapport aux années précédentes. C'est particulièrement vrai au regard de l'année 2009 qui avait été une année rude, une année de crise des salaires dans les entreprises. Pour cette année, on observe une tendance autour de 3 % en moyenne. On est plus haut que les prévisions réalisées à l'automne par le cabinet Hewitt, qui tablait sur des augmentations salariales tournant autour de 2,7 % en 2011, quasiment identiques à celles observées pour l'année 2010. Tous les secteurs d'activité profiteront-ils de la même manière de cette augmentation salariale ?Les retombées pour les salariés seront bien sûr variables en fonction des secteurs professionnels. Mais la tendance à la hausse salariale est là. On le voit bien avec les grands groupes qui annoncent de bons résultats financiers. Et estiment important, en termes de cohésion, d'octroyer des augmentations salariales à leurs salariés. C'est notamment le cas chez Renault qui a décidé d'augmenter les salaires de 3 %. Les entreprises privilégient-elles en 2011 les augmentations collectives ou individuelles?En règle générale, le tout individuel est rare chez les non cadres qui sont concernés par des augmentations collectives avec un budget consacré aux promotions individuelles. Pour les cadres, les entreprises avaient tendance, depuis une quinzaine d'années, à privilégier les augmentations individuelles. Mais depuis quelques temps, elles ont tendance, comme pour les non-cadres à réintroduire des augmentations collectives. C'est une manière de ne pas pénaliser les cadres face à la hausse de l'inflation. Mais c'est aussi le résultat de l'influence d'organisations syndicales, comme la CFE-CGC, très mobilisée sur le sujet.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :