Crédit Agricole : un retour aux sources

 |   |  370  mots
En décembre dernier, Jean-Marie Sander, président de Crédit Agricolegricole SA (CASA), déclarait qu'« il était nécessaire de refaire un cadrage pour les dix ans à venir, avec l'ensemble des caisses régionales et les milliers d'administrateurs au niveau national et international ». Deux ans après une crise qui n'a pas épargné la banque, des investissements douloureux notamment à l'international, et quelques mois après le changement de la direction de CASA, la Banque verte avait besoin d'un nouveau souffle. A l'occasion de la présentation de son projet de groupe, Crédit Agricolegricole affichait d'ailleurs ses ambitions en déclarant vouloir devenir le « leader de la banque universelle de proximité en Europe (BUPE) ». Pour y parvenir, l'établissement présidé par Jean-Marie Sander compte s'appuyer sur ses trente neuf caisses régionales, directement associées dans ce nouveau projet. Ce qui signifie que partout où la banque est présente, elle souhaite dorénavant participer au développement de l'économie locale et devenir un « acteur utile ». Un retour aux sources en quelque sorte.Plan stratégique sur trois ansConcrètement, la BUPE a vocation à proposer à l'ensemble de ses clients (particuliers, entreprises et institutions financières) tous les métiers du groupe, à savoir la bancassurance, la gestion d'actifs pour compte de tiers, le crédit et la banque de financement et d'investissement. Le Crédit Agricolegricole proposera cette palette complète à « tous les territoires » auxquels il est lié en s'appuyant sur les caisses régionales, mais aussi hors des frontières, principalement en Europe.Par conséquent, la possibilité de céder ses activités de courtage au chinois Citics, avec qui le Crédit Agricolegricole est en négociations exclusives jusqu'au 30 juin 2010, ou un autre acteur (lire ci-dessus), correspondrait parfaitement au discours de la direction de la Banque verte de se rapprocher de ses « territoires ». « De toute façon, à terme, tout le monde sait que les activités de banque d'investissement ne feront plus partie du groupe », indique un analyste financier. Jean-Paul Chifflet, directeur général de CASA, apportera certainement une réponse le 17 mars, à l'occasion de la présentation du plan stratégique sur trois ans de la banque par métier. T. S.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :