Le Havre sera doté d'un stade à « énergie positive » en 2012

 |   |  422  mots
âtimentLe premier stade de France estampillé « énergie positive » est sur les rails. Le « grand stade » de l'agglomération havraise (25.000 places), qui devrait être mis en service début 2012, se targue d'être le premier en France de ce gabarit à produire plus d'énergie qu'il n'en aura besoin pour fonctionner. Présenté hier par un groupement conduit par Vinci Construction, cet équipement multifonctionnel (football, rugby, spectacles) devrait consommer 183.000 kWh/an d'énergie finale en chauffage, éclairage extérieur (projecteurs), eau chaude sanitaire, éclairage des locaux et ventilation. La performance énergétique du bâtiment permet de ramener sa consommation réelle à environ 30 kWh/m2 par an. Ce chiffre prend tout son sens si on le compare au seuil fixé par la réglementation thermique pour ce type de bâtiment, de 155 kWh/m2, et à celui dit « basse consommation » de 77 kWh/m2. Tout repose sur la « conception bioclimatique » de l'équipement, souligne Stéphane Millien, ingénieur au service environnement de la ville du Havre?: architecture optimisant les apports solaires, isolation thermique des espaces fermés, équipements performants de chauffage et de production d'eau chaude, enfin, régulation de la température et de l'éclairage des locaux en fonction des temps d'occupation. 1.500 m2 de panneaux solaires photovoltaïques monocristallins seront posés sur la toiture de la tribune sud, « couvrant l'intégralité des besoins en énergie du stade ». Cette installation coûte 1,145 million d'euros hors taxes, avec un retour sur investissement de onze ans, selon les calculs de Vinci. Le producteur d'électricité que sera le grand stade du Havre revendra en effet son courant à EDF au prix très élevé de 60 centimes d'euro le kWh prévu pour l'intégrer au bâti, soit près de six fois le prix moyen d'achat en France (10,33 centimes d'euro le kWh). Ce stade à « énergie positive » revendique par ailleurs le « bilan carbone le plus bas pour un stade équivalent », grâce aux choix énergétiques (électricité sans émission de CO2), aux matériaux de construction et à la valorisation in situ des déchets verts.Cet équipement sera construit à l'entrée du Havre, à proximité de l'actuel stade Dechaseaux, sur les terrains de la gare de triage de Soquence cédés en juin 2009 par Réseau Ferré de France à la Communauté de l'agglomération havraise (Codah), maître d'ouvrage. Il représente un investissement de 80 millions d'euros, financé par la Codah (44,5 millions), la région Haute-Normandie (25 millions), le département de Seine-Maritime (10 millions) et l'État (0,5 million). n texte d'exergue habillé et appliquer sur-lignage exergue colfine

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :