L'Italie n'exclut plus de faire appel aux fonds de secours de la zone euro

 |   |  271  mots
Jusque-là écarté par Mario Monti, le recours aux fonds de secours de la zone euro fait désormais partie des options envisagées par Rome pour calmer la flambée de ses taux d\'emprunt. \"Il est très difficile de dire que l\'Italie n\'aura jamais besoin d\'aide d\'un fonds ou d\'un autre et le principe de prudence m\'incite à ne pas dire une telle chose\", a déclaré mardi le président du Conseil lors d\'une conférence de presse à Bruxelles, après une réunion des ministres des Finances de l\'Union européenne.Pas dans \"l\'esprit\" du momentMais le chef du gouvernement italien a toutefois assuré que ce n\'était pas \"l\'esprit\" du moment, balayant un recours dans l\'immédiat au Fonds de secours de la zone euro (FESF) pour acheter de la dette italienne. Fin juin, la zone euro avait accepté que les fonds de secours comme le FESF ou son successeur, le Mécanisme européen de stabilité (MES), puisse acheter des titres de dette de pays fragiles sur les marchés, comme le souhaitait Mario Monti. Il avait alors exclu le recours aux fonds de secours pour son propre pays, mais avait salué cette avancée obtenue au terme d\'un bras de fer avec plusieurs dirigeants de la zone euro, dont la chancelière allemande Angela Merkel. L\'objectif de cette mesure est de faire baisser la pression sur les marchés pour les pays comme l\'Italie dont les taux d\'emprunt avoisinent actuellement les 6%, un niveau difficilement soutenable sur la durée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :