QSTOptic arbitre entre qualité et coût

 |   |  426  mots
CLIENT. Quand ses lunettes sont prêtes, le magasin téléphone au client pour le prévenir. Ou l'opticien contacte la mutuelle pour un dossier. Autant d'appels qu'il faut passer vers des fixes, mais aussi de plus en plus souvent vers des mobiles. Avec son réseau de neuf magasins adhérents à l'enseigne Atol, répartis dans toute la France, et un siège social, la société QSTOptic a voulu réduire son budget télécoms et rendre le personnel des magasins plus facilement joignable. En 2008, la société décide de passer en ADSL, «?mais, car il y a un ?mais?, la qualité de service sur les lignes ADSL n'est pas la même que sur les lignes traditionnelles, explique Frédéric Castel, directeur du système d'information de QSTOptic. Il y a plus de pannes et si quelqu'un télécharge un fichier pendant que vous téléphonez, la qualité de la communication baisse?».Pour éviter ces problèmes, QSTOptic a équipé chaque magasin d'une première ligne ADSL pour le fax et le terminal de paiement, d'une seconde ligne ADSL entièrement dédiée à la voix (VoIP, voix sur IP) pour les appels sortants, les conférences téléphoniques, etc. Et une ligne analogique pour les appels entrants. Deux lignes sont souscrites auprès de France Télécome;lécom, la 3e auprès du prestataire Keyyo. Pour chaque ligne souscrite auprès de Keyyo, directement sur Internet, QSTOptic dispose d'une formule Libre Centrex, à 5 euros par mois et par ligne, auxquels s'ajoute le coût des communications. « Mais même avec cette formule, nous sommes largement en dessous de ce que nous coûtent les lignes traditionnelles France Télécome;lécom?», souligne Frédéric Castel.De plus, la société a souhaité remplacer le PABX, le central téléphonique du siège, qui lui coûte plus d'une centaine d'euros par mois. Elle a opté pour la solution IP Centrex, un central IP externalisé et géré par Keyyo. Au final, Frédéric Castel est parvenu à réduire son budget télécoms de 50 % sur les abonnements, les appels et surtout le PABX, en migrant vers une solution mêlant lignes traditionnelles France Télécome;lécom et lignes passant sur le réseau Internet, souscrites auprès de Keyyo. «?Certes, la solution IP n'est pas aussi fiable qu'en analogique, mais elle nous permet d'avoir des fonctionnalités standards pour moitié prix par mois, au moins?», assure-t-il.S. C.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :