France Télécom  : l'inspection du travail accuse

 |   |  257  mots
L'inspection du travail a transmis le 4 février à la justice son rapport d'enquête sur la vague de suicides de salariés de France Télécome;lécom, dans lequel elle dénonce une « mise en danger d'autrui » et un « harcèlement moral » imputables aux méthodes de management de l'entreprise, ont révélé samedi nos confrères du « Parisien ».Dans ce rapport de 82 pages, s'appuyant sur l'enquête du cabinet Technologia et sur l'étude d'une quinzaine de cas de suicides ou de tentatives, l'inspectrice du travail Sylvie Catala démontre que ces situations sont « liées à la politique de réorganisation et du management » menée depuis 2006, à savoir le plan NeXt, axé sur les objectifs de cash-flow, et sa déclinaison au niveau des ressources humaines, le programme ACT (Anticipation et compétences pour la transformation). Elle évoque de possibles infractions pour « mise en danger d'autrui du fait de la mise en oeuvre d'organisations du travail de nature à porter des atteintes graves à la santé des travailleurs », ainsi que des « méthodes de gestion caractérisant le harcèlement moral ». L'inspectrice exonère les directions régionales et met en cause Didier Lombard, le PDG devenu président au 1er mars, l'ex-patron France, Louis-Pierre Wenes, et le DRH, Olivier Barberot.Dans le Doubs, le rapport de l'inspecteur du travail sur le suicide d'un technicien en août dernier met en cause l'opérateur télécoms pour « homicide involontaire par imprudence », une qualification qui reste du ressort du parquet de Besançon. D. C.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :