Sarkozy peaufine l'agenda social 2010

 |   |  446  mots
Les retraites figureront bien sûr à l'agenda social 2010. Mais vendredi, à l'occasion de la présentation de ses v?ux aux partenaires sociaux, Nicolas Sarkozy s'est bien gardé de dévoiler précisément son calendrier et ses intentions. Le chef de l'État a donné rendez-vous aux syndicats et au patronat le 15 février pour finaliser ensemble le programme des grands chantiers sociaux de l'année 2010. En insistant sur les réformes engagées en 2009 et en s'imposant un quasi-silence sur le prochain mois, Nicolas Sarkozy a pris le risque de la déception. « Le président n'a pas dit grand-chose, donc je n'ai pas grand-chose à dire », notait François Chérèque, de la CFDT, à l'issue de la cérémonie. « Il a fait une sorte de service minimum. On sent une volonté d'entretenir un consensus à quelques mois des échéances électorales », ajoutait Bernard Thibault, de la CGT. Pas question de braquer les syndicatsPeu importe, aux yeux du chef de l'État. Satisfait d'avoir évité l'affrontement avec les organisations de salariés en 2009, alors que la crise battait son plein et que la tension était très forte dans les entreprises menacées de fermeture, il s'est donné comme priorité de préserver un climat social serein dans les prochains mois. Pas question, donc, de braquer les syndicats en leur imposant son calendrier. Même si celui-ci est largement contraint par des échéances inamovibles. Entre les élections régionales de mars, le congrès de la CFDT en juin et l'élection à la présidence du Medef fin juin-début juillet, la concertation sur les retraites pourra difficilement démarrer au premier semestre. D'autant que les uns et les autres auront à c?ur, le 15 février, de défendre leurs propres priorités. Les syndicats ne manqueront pas de réclamer des mesures en faveur de l'emploi et du pouvoir d'achat. « Nous parlerons notamment des chômeurs en fin de droits. On ne peut pas détourner pudiquement le regard de ces gens qui vont s'engouffrer dans la précarité et n'arriveront pas à s'en sortir », souligne Gabrielle Simon, de la CFTC. Les organisations d'employeurs mettront, elles aussi, l'accent sur l'emploi, en réclamant la prolongation des mesures décidées pendant la crise, tel que le « zéro charge » dans les TPE. Et tous ne manqueront pas de rappeler qu'ils ont lancé, de leur propre initiative, une série de discussions sur le paritarisme, les institutions représentatives du personnel..., qui les occuperont une grande partie de l'année. Entre tous ces rendez-vous, il faudra ajouter la concertation sur les retraites. Pas sûr qu'un autre thème puisse se glisser dans cet agenda 2010...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :