Time Sport peaufine ses pédaliers automatiques haut de gamme

 |  | 545 mots
Lecture 3 min.
Le vélo, comme l'automobile, a aussi ses PME super performantes. Time Sport International est de celles-là. Elle s'est fait une spécialité de la fabrication des pédales automatiques (sans cale-pied) dès sa création en 1987 par Roland Cattin. Depuis, l'entreprise s'est diversifiée dans les composants innovants du cycle (chaussure, fourche, selle, etc.) et les cadres. Produits dont la société présente les dernières nouveautés au salon R'Bike, qui se tient à Lyon du 18 au 20 septembre.Ainsi, en 1993, Time Sport a sorti un premier « module » en carbone en utilisant la technologie exclusive RTM par tressage de fibres carbone. « C'est plus de confort, de légèreté et de performances recherchés par notre public », commente Alain Descroix, directeur commercial et promotion de Time, et ancien coureur cycliste. L'entreprise a équipé de nombreux vainqueurs du Tour de France, du Giro ou de Paris-Roubaix. Elle a aussi sponsorisé plusieurs équipes (Bouygues Telecom, AG2R) dont SAUR Sojasun en 2011.La PME s'est lancée dans une course à l'innovation qui est à la base de sa stratégie marketing. Pour 2011, elle va commercialiser deux nouveautés : des cadres en Vectran (Time RXRS Ulteam), qui améliore l'amortissement des inégalités de la route, et un dispositif permettant d'intégrer le dérailleur électrique dans le cadre. La gamme de pédales automatiques (pour route, VTT/free ride, ville/loisirs) figure en bonne place au catalogue avec des améliorations techniques. Le produit est devenu leader sur son marché grâce à son système chaussant et réglable, à l'instar d'une fixation de ski, assurant la liberté latérale et le maintien du pied. Avantage de taille, selon ses promoteurs, les risques de tendinite sont éliminés. Produit-phare à l'origine de la PME, la pédale automatique ne compte plus que pour 15 % du chiffre d'affaires, derrière les chaussures et accessoires (35 %). 50 % de l'activité sont désormais assurés par les cadres et vélos montés. La progression du chiffre d'affaires de 15 millions d'euros en 2009-2010 (+ 10 %) reste malgré tout contrastée : en baisse (? 8 %) sur le marché français affecté par la crise ; en hausse (+ 20 %) à l'exportation (États-Unis, Europe, Japon, Australie) qui représente 65 % de l'activité. Pour l'avenir, les pays asiatiques s'annoncent comme un booster important. « Time est perçu comme du haut de gamme français, avec des produits très techniques - nos cadres sont garantis à vie - et une bonne image associée aux vainqueurs de nombreuses compétitions », analyse Alain Descroix, satisfait de l'accueil reçu aux salons de Taipei et de Shanghai. La PME vient d'ailleurs de nouer un accord avec un distributeur exclusif pour couvrir la zone Chine-Corée-Singapour-Taïwan-Malaisie. Vélo entre 3.900 et 6.200 eurosEn Asie, Time vise la même clientèle sportive et d'amateurs éclairés qu'en France, prêts à investir dans leur passion entre 3.900 euros pour un vélo d'entrée de gamme et 6.200 euros (voire plus) pour le top. À ce prix, l'achat pour les vélos à monter ou pour les vélos montés s'effectue chez des détaillants sélectionnés. Pour faire face à son développement, la PME de 130 personnes s'est installée en 2008 sur un nouveau site de production de 6.000 m2 à Vaulx-Milieu, à 30 km de Lyon, ne conservant qu'une petite unité de cadres collés en Slovaquie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :