Liberté, égalité, nucléaire

 |   |  334  mots
Liberté, égalité, nucléaire. Telle pourrait être la devise de la République depuis la fondation de la Ve par Charles de Gaulle. Nucléaire militaire, avec la dissuasion et son arsenal de sous-marins aux patronymes belliqueux. Nucléaire civil, qui est le fer de lance de l'indépendance nationale. Les Français aimaient donc leurs centrales presque autant que le château de Versailles, tout comme les hommes politiques du pays, dont pas un n'aurait pris le risque de contredire les mânes du Grand Charles. Jusqu'à vendredi dernier. Certes, il faut faire la part de l'émotion considérable que suscitent la catastrophe japonaise et ses victimes, avérées et potentielles. Reste un fait avec lequel il va falloir désormais compter : le nucléaire fait peur. Même un pouvoir aussi peu sensible aux pressions de l'opinion publique que la Chine, eldorado du nucléaire, a décidé de tempérer son ardeur. L'Allemagne et la Suisse avaient pris des mesures encore plus restrictives. Réactions excessives, disent les autorités françaises. Peut-être. On aimerait que le gouvernement soit aussi ferme lorsque nos « Khmers verts », écologistes intégristes, piétinent les champs de plantations transgéniques, alors qu'il n'y a aucun danger avéré. La France n'est-elle pas le pays du principe de précaution, qu'elle invoque à tout propos, et même hors de propos ? L'application des principes constitutionnels serait-elle bornée par les murs d'enceintes des centrales ? Quant à Anne Lauvergeon, patronne d'Areva, on aimerait la croire lorsqu'elle explique que les réacteurs EPR - la dernière génération - sont plus sûrs. Et on la croira avec enthousiasme quand le premier EPR, qui accumule problèmes de construction et surcoûts, sera mis en service. S'il est évidemment trop tôt pour décider de sortir du nucléaire, il est temps d'ouvrir un débat sur les choix énergétiques français. Et pas seulement avec la quincaillerie du Grenelle. flenglet@latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :