LVMH résiste grâce à la Chine et à ses marques fortes

 |   |  249  mots
luxeAprès Burberry la semaine dernière, c'est au tour de LVMH de publier des résultats meilleurs que prévus. Les ventes au troisième trimestre de l'exercice sont en repli de 3 %. C'est moins que la baisse de 6 % attendue par le consensus des analystes et que les ? 7 % des deux premiers trimestres de 2009. Au total, les trois premiers trimestres enregistrent une chute de 6 % mais les effets de changes du troisième trimestre (+ 2,6 %) sont moins favorables qu'au premier semestre (+ 6 %).fortes disparitésToutes les divisions du groupe ont amélioré leur performance depuis juillet même si certaines, comme les vins et spiritueux (? 11 %) et les montres et joaillerie (? 17 %) sont encore très affectées. « Nous approchons de la fin du déstockage », analyse-t-on dans le groupe. Mais ces résultats cachent de très fortes disparités. Les grandes marques du groupe (Louis Vuitton, Parfums Christian Dior, Hennessy ou Sephora) traversent la crise sans faillir. Au contraire, les plus petites comme Fendi, Loewe, Kenzo ou Zenith et Chaumet sont en grande difficulté.De même, la croissance est tirée par l'Asie (+ 7 %) alors que les États-Unis plongent de 12 % et l'Europe de 5 %. La Chine, qui représente déjà 17 % des ventes de Louis Vuitton et 15 % de celles des vins et spiritueux, est le plus gros moteur de croissance. Louis Vuitton et Sephora y ont déjà ouvert 30 et 70 boutiques. Comme les cognacs Hennessy, ces marques sont leader de leur secteur dans le pays. Sophie Lécluseles États-Unis plongent de 12 % et l'Europe de 5 %.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :