« La présidence française de l'UE a coûté 151 millions d'euros »

 |   |  483  mots
???????? La commission des Finances du Sénat présidée par Jean Arthuis dévoile aujourd'hui un rapport, réalisé par la Cour des comptes, sur le coût de la présidence française de l'Union européenne. Au total, l'événement a absorbé 151 millions d'euros ? pas toujours bien dépensés.Pourquoi avoir demandé une enquête sur la présidence française de l'Union européenne ?En 2007, lorsqu'on nous a présenté le budget de la présidence 2008, nous avions des interrogations sur son montant, qui avait été élaboré au doigt mouillé. L'enquête de la Cour des comptes vient confirmer nos doutes tout en mettant en lumière des points positifs. Ainsi, l'organisation globale de la présidence française a été mieux coordonnée que dans le passé, grâce à la création du secrétariat général de la présidence française de l'Union européenne. Le coût de fonctionnement de cette structure a été très maîtrisé, ne dépassant pas 1,5 million d'euros.Pourtant, cette présidence a été très onéreuse?Son coût s'établit à 151 millions d'euros, ce qui est élevé, mais ce qui représente aussi 28 millions d'euros de moins que prévu. L'enquête de la Cour des comptes révèle toutefois que certaines dépenses n'ont pas été intégrées : des crédits ont été pris en charge directement par l'Union, d'autres ont été assumés par des collectivités territoriales. Il faut donc ajouter une trentaine de millions qui ont été ainsi « sponsorisés ». Ce manque de transparence vient du fait que beaucoup d'événements ont été montés au dernier moment. Certains ont entraîné des dépenses importantes : l'organisation du sommet de l'Union pour la Méditerranée à Paris le 13 juillet 2008 s'est soldée par une facture de 15 millions d'euros, sans que l'on puisse la considérer comme un investissement pour le Grand Palais, où avait lieu la manifestation.Ce coût est-il trop élevé ?Oui, comparé au coût moyen des présidences de l'Union européenne, qui tourne autour de 70 millions d'euros. Mais la présidence française reste dans le même ordre de prix que celles des grands pays, à l'instar de l'Allemagne en 2007. La question est désormais de savoir s'il ne revient pas à l'Union européenne de prendre en charge ce type d'événement. Même remarque pour les sommets du G20.N'est-ce pas le prix à payer pour une présidence saluée comme un succès ?Sur les 500 manifestations organisées dans le cadre de cette présidence française, toutes n'étaient pas indispensables, et leur nombre n'a pas contribué au succès de la France, qui se juge sur deux ou trois événements, comme la gestion de la crise financière ou de la guerre en Géorgie. n

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :