Coyote System est passé à la vitesse supérieure en 2010

 |   |  550  mots
Fabien Pierlot est un fonceur bien difficile à arrêter, voire ralentir. La société qu'il a fondée en 2005 à Suresnes (Hauts-de-Seine) vient encore de doubler son chiffre d'affaires sur un an, passant de 30 millions d'euros en 2009 à 60 millions en 2010. Âgé de 35 ans, cet entrepreneur né dans la Marne et diplômé de l'ESC de Troyes, ne cache pas son ambition de viser « rapidement le cap des 150 millions d'euros de chiffre d'affaires ».Le business de la société est fort connu des automobilistes. Moyennant l'achat d'un petit boîtier électronique « Coyote » et un abonnement, les automobilistes qui circulent sur les routes de France et d'Europe sont avertis, en toute légalité, de la présence de contrôles mobiles - en plus des radars fixes - en jouant sur la solidarité entre conducteurs. Plus les automobilistes sont nombreux, plus le système est efficace. D'un simple clic sur un bouton en passant devant un appareil des forces de l'ordre, l'automobiliste envoie cette information - via une combinaison de technologies GSM/GPS - vers la plate-forme de centralisation des données de Coyote System. Laquelle la renvoie dans les dix secondes à la communauté des automobilistes équipés. Chacun peut ainsi lever le pied et faire preuve de prudence au volant.Aujourd'hui, le fondateur de la PME revendique 450.000 clients à travers la France et 150.000 en Belgique, Italie, Angleterre et Espagne. Une montée en puissance qui a suscité fin 2009 l'intérêt du fonds d'investissement 21 Capital Partners. La filiale du groupe Benetton est devenue majoritaire dans le tour de table. « L'arrivée de 21 Capital Partners, séduit par mon business model, est importante pour structurer l'activité et poursuivre le développement, notamment à l'international. Il fallait dépasser le stade de la start-up. Des compétences viennent m'épauler, à l'image du directeur général de Navteq, embauché en ce mois de janvier, pour nous accompagner dans une croissance à deux chiffres, avec de nouveaux contrats stratégiques à la clé », explique Fabien Pierlot, bien décidé à rester le leader de ce marché en Europe. Partenariats technologiquesPour ce faire, des partenariats technologiques sont noués avec Tom-Tom, Garmin, Navteq, Via Michelin, V Trafic, PSA et Renault. L'intégration du service Coyote est possible en première monte sur certains véhicules. Quant aux fans d'iPhone, ils ont une application disponible pour leur smartphone. « Notre production reste confiée à des spécialistes nationaux de l'électronique : les usines Sagem de Bayonne et CEP en Ile-de-France », annonce-t-il, sensible au « made in France » et soucieux de créer de nouveaux emplois.En 2011, l'entreprise parisienne réinternalise une partie (15 personnes) du centre d'appels et recrute des profils techniques, marketing et administratif. « Nous serons bientôt une cinquantaine au sein de notre PME, qui continue d'innover dans la prévention, insiste Fabien Pierlot. En alertant nos abonnés sur les différents problèmes de circulation rencontrés (incidents ou accidents), nous sommes déjà dans l'assistance à la conduite. Avec les sociétés d'autoroutes, nous travaillons à la mise au point d'un effet warning » en cas de bouchons et nous serons en outre bientôt en mesure de signaler l'approche de zones d'écoles ou l'engagement du véhicule dans un sens interdit... Sans oublier nos recherches en cours sur le phénomène de somnolence au volant, cause d'un tiers des accidents. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :