« Deux fois plus de pouvoir » pour les conseillers territoriaux aura

 |   |  505  mots
michel mercier, ministre de l'aménagement du territoireComment comptez-vous vaincre les réticences de la majorité, notamment au Sénat, vis-à-vis de la réforme territoriale ?Il y a au Sénat beaucoup moins d'inquiétude qu'on le dit. Le Sénat est prêt à la réforme. Il sait aussi que la population l'attend. Soyons clairs, les citoyens ont le sentiment que l'organisation locale est devenue très compliquée. La réforme apporte simplification, efficacité et démocratisation de la décentralisation. Prenons l'exemple du conseiller territorial : certains redoutent que sa création tue la décentralisation. C'est tout simplement faux. C'est vrai qu'il y aura deux fois moins d'élus, mais ce sont des élus qui auront deux fois plus de pouvoir ! Jamais les élus départementaux et régionaux ne seront aussi puissants qu'en tant que conseillers territoriaux. On renforce donc considérablement la décentralisation. Que les associations d'élus, qui sont la photographie de l'existant, soient inquiètes, je peux le comprendre, puisque demain sera différent d'hier. Mais il faut rester serein, il y a sûrement des choses à discuter, à améliorer, le projet n'est pas bouclé. Il y aura un débat au Parlement.Quels points sont susceptibles d'évoluer ?Il y a par exemple la carte de l'intercommunalité, avec notamment les délais et le pouvoir de la commission d'élus. Ce sont des pistes d'ouverture. Le gouvernement est bien conscient que le texte qui viendra en discussion est le texte tel qu'il ressortira après le travail effectué en commission, qui devrait prendre plusieurs semaines.Y a-t-il une évolution possible sur le mode de scrutin du conseiller territorial ?Le système choisi est très démocratique. Il est équilibré et très moderne. C'est un scrutin à base majoritaire avec une correction de proportionnelle. Ce mode de scrutin incite les citoyens à aller voter car, avec le système proposé, chaque voix compte. Si quelqu'un a envie de voter Olivier Besancenot dans un canton très conservateur, il sera incité à aller voter puisque sa voix sera prise en compte au niveau départemental.L'avenir de La Poste apparaît comme un des enjeux de l'aménagement du territoire?Cette loi permettra d'adapter La Poste aux règles de la concurrence européenne, mais aussi de maintenir un service consubstantiel à l'aménagement du territoire. Ce qui est essentiel à mes yeux, c'est le maintien des 17.100 points de contact, quelle que soit leur nature juridique. Les assises des territoires ruraux, dont j'ai annoncé le lancement tout récemment et dont la restitution aura lieu en janvier 2010, permettront, je le souhaite, de définir un socle de services au public dont la population a besoin. Il faut aussi réfléchir à la façon de mettre d'autres services dans une agence postale communale : Sécurité sociale, MSA, CAF? Pourquoi pas la vente de billets de train ? Pour ce faire, la convention est un très bon système. Propos recueillis par Hélène Fontanaud et Stéphanie Tisserond

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :