Paris réoriente son aide à Tunis vers l'emploi et les zones pauvres

 |   |  333  mots
Avec la transition démocratique de la Tunisie, la France réoriente son aide bilatérale. Après avoir signé encore en décembre dernier quatre conventions de financement pour 115 millions d'euros avec l'exécutif du président Ben Ali, l'Agence française de développement (AFD) fournit le prêt de 350 millions d'euros débloqué mercredi lors de la visite à Tunis du ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé. « Nos priorités ont bien entendu changé. Désormais nous axons notre aide bilatérale de 350 millions d'euros dans trois des domaines d'intervention prioritaires arrêtés par le gouvernement tunisien : l'emploi et la formation professionnelle, les infrastructures (en particulier dans les zones les plus défavorisées du pays) et le secteur financier », explique le directeur général de l'AFD, Dov Zerah, dans un entretien à « La Tribune ». formation professionnelleLe scrutin législatif prévu le 24 juillet pourrait-il de nouveau changer la donne ? « Le but de notre aide étant d'accompagner le pays et sa population, nous nous imaginons difficilement que les priorités du gouvernement issu des urnes seront éloignées de ces domaines », juge le chef de l'AFD. Contrairement aux prêts consentis sous l'ère Ben Ali, l'aide de l'AFD ne porte pas « sur des infrastructures de transport mais plutôt de réhabilitation de quartiers défavorisés à l'image de ce que nous avons déjà réalisé à Radès, dans la banlieue de Tunis, précise le DG de l'Agence, comme des travaux d'installation de tout à l'égout, d'enfouissement de lignes électriques et de réaménagement d'espaces publics ainsi que l'enlèvement des ordures ». La révolution étant partie du désespoir d'un jeune diplômé de 26 ans, Mohamed Bouazizi, s'immolant par le feu à Sidi Bouzid, l'AFD met du coup « l'accent sur la formation professionnelle afin d'aider notamment les jeunes diplômés des régions défavorisées à se former en vue de l'embauche de 10.000 fonctionnaires décidée par le nouveau gouvernement ». Frank Paul Webe

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :