Apple promet toujours plus

 |   |  495  mots
Ceux qui guettaient un signe de faiblesse d'Apple, en pleine polémique sur les problèmes techniques de l'iPhone 4, en sont pour leurs frais. La firme américaine a présenté mardi soir des résultats trimestriels « phénoménaux », selon son patron Steve Jobs, toujours en veine de lyrisme. Il est vrai que les chiffres sont éloquents : le bénéfice net s'est envolé de 78 % au troisième trimestre, clos le 26 juin, à 3,25 milliards de dollars (2,54 milliards d'euros), et le chiffre d'affaires a bondi de 42 %, à 15,7 milliards. Surtout, Apple, d'habitude très prudent en matière d'objectifs, n'a pas hésité à prédire un chiffre d'affaires de 18 milliards de dollars pour le quatrième trimestre. Une perspective qui a enthousiasmé les investisseurs : l'action a gagné 4 % en séance, à Wall Street, refaisant ainsi une bonne partie de son handicap après un recul de 7 % depuis le 24 juin, date de la sortie de l'iPhone 4 et du début de la controverse autour de l'antenne de cette nouvelle version du célèbre smartphone d'Apple.Fort potentielMême si le « buzz » médiatique relatif aux problèmes de réception de l'iPhone 4 ne s'éteint pas du jour au lendemain, les résultats du troisième trimestre mettent à nouveau en lumière le fort potentiel de croissance d'Apple, lié à la diversité de ses produits, se félicitent les analystes de JP Morgan. Certes, l'iPhone demeure le « best-seller » d'Apple, avec 8,4 millions d'unités vendues au troisième trimestre, soit un chiffre d'affaires de 5,33 milliards de dollars, qui représente 34 % de l'activité globale du groupe. Mais l iPad se vend lui aussi comme des petits pains. Commercialisée depuis le 3 avril seulement, la déjà célébrissime tablette numérique d'Apple - qui permet de surfer sur Internet de jouer à des jeux, de lire des mails -, s'est vendue à 3,27 millions d'exemplaires. Si bien que le cabinet iSuppli a rehaussé sa prévision des ventes de l'iPad pour 2010, à 12,9 millions d'unités, au lieu d'une précédente estimation de 7,1 millions. Et les ordinateurs Mac ne sont pas en reste, puisque Apple en a vendu 3,47 millions au troisième trimestre, soit une flambée de 33 % en l'espace d'un an. Le potentiel d'Apple réside également en Asie et sur le segment de la clientèle « entreprises », soulignent les analystes de Morgan Stanley. De fait, les ventes du groupe ont bondi de 160 % dans la région Asie-Pacifique, d'avril à juin. Apple réalise désormais 52 % de son chiffre d'affaires hors des États-Unis, contre 44 % un an auparavant. Et, au chapitre de la conquête de la clientèle professionnelle, « la moitié des 100 plus grandes entreprises du monde, selon le classement du magazine ?Fortune?, sont en train de déployer ou de tester l'iPad », s'est enorgueilli Tim Cook, directeur général d'Apple, ajoutant que « plus de 80 % » des sociétés de ce classement utilisaient l'iPhone. Le groupe n'en prépare pas moins de nouveaux relais de croissance (lire ci-contre). La meilleure défense, c'est l'attaque.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :