Parcours de femme : Viviane de Beaufort

 |   |  360  mots
Mon engagement européen est très ancien. J'avais 14 ans et Simone Veil était alors présidente du Parlement européen. Elle est toujours un modèle ! J'ai fait des études de droit communautaire, de sciences politiques et d'économie européenne parce que l'Europe est un projet transversal. Après un stage long à la Commission européenne, j'ai appris le lobbying européen. Attirée par l'enseignement, d'abord à la Sorbonne, j'ai fait mon doctorat en travaillant et suis professeur à l'Essec depuis 1995 et expert auprès de l'Union européenne. Je participe à plusieurs ?think tank ?. Je travaille sur un modèle européen qui aurait pris conscience que le monde a changé. C'est un défi ! L'Europe, construction humaniste, n'a pas assez le sens de ses intérêts, dans un monde globalisé. Ma crainte est qu'elle devienne contournable.J'ai monté les enseignements européens de l'Essec et ai une chaire Jean Monnet. Je codirige aussi le double cursus Essec-Droit et coache une vingtaine d'étudiants. Il faut sensibiliser ces jeunes qui porteront l'Europe. De 1998 à 2004, comme directrice de l'Executive MBA Essec, j'ai jumelé le programme à l'université de Mannheim pour créer un vrai programme européen. Depuis 2008, je gère le Centre européen de droit et d'économie (CEDE) de l'Essec. « Entreprendre Au Féminin-Essec »Enfin je suis fortement engagée sur la promotion des femmes depuis une rencontre en 2004 avec Aude de Thuin, qui venait de fonder le Women's Forum for the Economy and Society. Je lui ai proposé un partenariat académique pour apporter des idées. C'est ainsi qu'en 2007, j'ai pu créer le programme « Entreprendre au féminin-Essec ». Les femmes ont des raisons spécifiques de créer leur entreprise : le désir de porter des projets qui ont du sens pour les jeunes femmes qui ont une formation solide, celui de casser le plafond de verre en revendiquant leur autonomie pour celles qui ont effectué un parcours brillant en entreprise mais se trouvent bloquées, enfin la survie pour celles qui sont moins diplômées mais porteuses d'un projet. Le mien est de déployer « Entreprendre au féminin » dans la zone Euromed.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :